30/03/2018

533.000 SENEGALAIS A L'ETRANGER

Les Sénégalais de l’extérieur estimés à plus de 533.000

senegalais.jpeg

Les Sénégalais établis à l’étranger sont estimés officiellement à plus de 533.000, selon des statistiques datées de 2013 qui précisent que 49,7 % de cette diaspora vit en Europe contre 47% en Afrique et 3 % en Amérique du Nord, a-t-on appris mercredi à Dakar lors de la tenue d’un atelier de validation de la politique nationale de migration du Sénégal.
Ces Sénégalais de l’étranger injectent annuellement dans le pays plus de 2338 millions de dollars (1169 milliards de FCFA), d’après des chiffres datés de 2017 et extraits du document de Politique nationale de migration du Sénégal (PMNS).
Présentée lors de l’atelier de validation, la PNMS dont le processus a été lancé en 2015 a donné naissance à un document de 200 pages axées sur les migrations internes et internationales des Sénégalais. Ce document s’articule autour de quatre domaines : la migration gestion des données, économie et emploi, la migration tournée vers les droits humains et le genre, la migration axée sur la santé et l’environnement et la migration qui touche la gestion intégrée des frontières.
En présentant aux partenaires du Sénégal dont surtout l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) à des fins de validation du document, le Directeur général de la planification et des politiques économiques du Sénégal, Pierre Ndiaye, a insisté sur le travail assez complet fait par ses rédacteurs.
Selon lui, le document «aborde toutes les questions de migration interne et internationale ainsi que leur interaction avec le développement, et assigne des objectifs prioritaires qui permettent d’atteindre le bien-être des populations migrantes et non-migrantes».
« L’OIM est heureuse d’avoir pu appuyer les rencontres qui ont mené à l’élaboration de ce document», a, pour sa part, indiqué la cheffe de mission de l’organisme onusien au Sénégal, Sophie Nonnenmacher.
Elle a annoncé qu’un plan stratégique opérationnel complémentaire est en cours de réalisation dans le cadre du projet d’appui à la liberté de la circulation des personnes. Ce document, a-t-elle précisé, est mis en œuvre par l’OIM, en collaboration avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).
africatime.com

Écrire un commentaire