08/04/2018

SENEGAL HONTEUX

Mesures prises pour retirer les enfants de la rue- quand l’Etat laisse faire

Enfatns-600x381.jpg

Dans son message à la Nation, à la vielle de la célébration de l’indépendance, le 3 avril dernier, le chef de l’Etat, a promis la reprise du processus de retrait des enfants de la rue en réaction aux meurtres et aux nombreux cas d’enlèvement notés ces dernières semaines. Un engagement de plus qui vient s’ajouter aux nombreuses initiatives pour retirer les enfants de la rue. Toutefois, aucun des engagements pris par les différentes autorités (d’Abdoulaye Wade à Macky Sall), la loi interdisant la mendicité et les conventions internationales ratifiées par le Sénégal n’ont eu à résoudre le problème qui reste de plus en plus préoccupant.
Ces dernières semaines, on a assisté à des rapts et à des meurtres d’enfants. Cette situation qui, en plus d’avoir consterné de nombreux citoyens, a plongé les parents dans la psychose totale. Suffisant pour que le chef de l’Etat, précédé en cela par son ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Aly Ngouille Ndiaye et du ministre en charge de la protection de l’enfance, Ramatoulaye Gueye Diop, annonce des mesures.
Dans son adresse à la nation, à la vielle de la célébration du 58ème anniversaire de l’indépendance du Sénégal, Macky Sall a annoncé la poursuite du processus de retrait des enfants de la rue. Cependant, cette décision n’en est pas à sa première. En effet, le 30 juin 2016, le président de la République Macky Sall, avait ordonné que tous les enfants des rues soient retirés et placés dans des centres d’accueil ou rendus à leurs parents.
Il disait à cet effet que : «quiconque forcerait à faire mendier un enfant, serait passible d’une amende ou d’une peine de prison». Le 6 juillet 2016 après la prière de la korité, le chef de l’Etat revient à la charge et annonce avoir « donné des instructions très fermes au gouvernement pour mettre un terme à cette image insoutenable d’enfants abandonnés dans la rue ».
Le président Macky Sall soutenait à l’époque aussi que «ce n’est pas parce que les enfants sont issus de milieux pauvres ou modestes qu’on doit les laisser à la merci de la rue». Bien avant cette sortie du président de la République, son gouvernement avait mis en place un plan stratégique de gestion de la mendicité infantile pour 2013-2015 en vue de les retirer de la rue et de favoriser leur réinsertion par le biais des campagnes de sensibilisation. Une décision qui sied au contexte de l’époque ou neuf jeunes talibés ont été retrouvés morts calcinés suite à l’incendie de leur maison de fortune à la Médina.
C’est au sortir d’un conseil interministériel sur la mendicité infantile en février 2013 que le ministre de la femme, de l’enfance et de l’entreprenariat féminin Mariama Sarr avait annoncé ce plan. Selon elle, la gestion des enfants mendiants a besoin d’une approche multisectorielle d’où la nécessité de mettre en place une campagne d’information et de communication afin de retirer tous les enfants mendiants de la rue et de les prendre en charge.
Ce plan stratégique avait pour objectif la création du comité ad hoc et du dispositif de suivi et d’évaluation regroupant toutes les structures étatiques de protection de l’enfance. Le document de plan stratégique prévoyait qu’à la fin de l’année 2015 que tous les enfants en situation de rue soient recensés et pris en charge.
Il s’agissait également à travers le document d’organiser des rencontres de concertation avec les ambassades et consulats des pays limitrophes concernés par la migration des enfants.
WADE AUSSI AVAIT TENTE DE RETIRER LES ENFANTS DE LA RUE
Le gouvernement de Macky Sall n’est pas la seule autorité à avoir entrepris des mesures visant à retirer les enfants de la rue. En 2012, le président Abdoulaye Wade avait tenté de rendre illégale la mendicité, sa loi a été mal acceptée.
Par ailleurs, le 29 avril 2009, l’Assemblée Nationale a adopté la loi N° 2005-06 relative à la lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées et à la protection des victimes. Cette loi dans son article 3 souligne que «quiconque organise la mendicité d’autrui en vue d’en tirer profit, embauche, entraine ou détourne une personne en vue de le livrer à la mendicité ou d’exercer sur elle une pression pour qu’elle mendie ou continue de le faire est puni d’un emprisonnement de 2 à 5 ans et d’une amende de 500.000 frs ou 2.000.000».
Cette disposition aussi récente soit telle, semble déjà tomber en désuétude. Ou du moins, son application fait défaut. Pourtant, de nombreuses organisations de défense des droits des enfants demandent son application. En vain.
LES CONVENTIONS INTERNATIONALES RATIFIEES ET FOULEES DU PIED
En plus de cette loi, le Sénégal a ratifié plusieurs conventions internationales qui militent pour une protection des enfants de la rue, des engagements qui restent également sans conséquence positives.
Awa Diallo/SudQuotidien

Commentaires

quelle tristesse je vois plein de commentaires sur les baobabs et pour ces pauvres gosses qui errent dans les rues de DAKAR ou MBOU..?R ...RIEN pas un mot !!!!oui trouvez vous cela normal ? oui dans de nombreux pays il y a la misere,le chomage ,ca ne changera jamais !!!! et oui, n en déplaise aux ames bien nées ce sera toujours la meme chose et personne, je dis bien personne, ne fera quoi que ce soit dans 100 ans si dieu nous prete vie(et je crois pas) ce sera le meme spectacle trouvez des solutions aux systèmes et envoyez tout ca a................................ merci

Écrit par : vavat | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

Pourquoi, alors qu'en 1998 ( je crois bien c'était henri Emmanuelli) ne pas donner aux régions ( départements) les moyens comme le fait L'Aide sociale à l'enfance? en France? et encadrer ces enfants jusqu'à la majorité? Formation éducation, santé?

Écrit par : Isabelle feuilleratniang | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

Au Sénégal, on peut bien sûr donner de l'argent aux régions, de ce fait les politiciens, les hauts fonctionnaires et les marabouts vont s'en mettre plein les poches et le sort des enfants mendiants et des talibés ne changera pas.

Écrit par : Tiocan | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

Tous les ans c'est le meme bla bla,et rien ne change jamais ,ces pauvres talibés sont de plus en plus nombreux et les imams et marabouts de plus en plus riches et a part de la parlotte on ne voit rien a l'horizon

Écrit par : eddy | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

tant que des gens (marabouts et d'autres) seront au-dessus des lois...
A quoi bon voter ces lois ?... pour l'etranger ? pour demander les aides ? les U.S. ont payé pour les talibés il n'y a pas si longtemps et depuis ?
Ca roule comme avant, ma poule !
On s'en fout plein les fouilles !

Écrit par : rico | 08/04/2018

Répondre à ce commentaire

BIZZARE PAS DE COMMENTAIRES DE «  NDIAYE »
Mais c’est vrai ça fait partie de traditions séculaires que de réduire des gamins à l’esclavage
Donc normal
Mais un consul qui se préoccupe de la vie des automobilistes ,ça mérite des critiques

Écrit par : Yvesbzh | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Il appartient à l'état de faire preuve d'autorité pour résoudre celui des talibés ,mais l'équilibre des pouvoirs politique et religieux reste la mise !

Écrit par : oyster | 09/04/2018

Répondre à ce commentaire

Je me pose la même question.

Écrit par : le chaman | 10/04/2018

Répondre à ce commentaire

Il faut commencer par s'attaquer aux imams et marabouts de tout genre,fermer les daaras !!! mais pour l'état s'attaquer a tout ce qui s'approche de la religion est impossible,ce n'est donc pas pret de changer,la religion bouffe le Sénégal et ses habitants

Écrit par : chees | 10/04/2018

Répondre à ce commentaire

entre-nous vous croyez que seul le Sénégal est concerné par la religion???? mais non de tout temps il y a eu des guerres pour ces croyances ! le monde et les hommes sont comme cela !a croire que le meilleur dieu est le notre....pas vrai?pensez-vous vraiment que si il y avait quelque chose .....ce dieu permettrait toutes ces atrocités ici bas??? ces crimes d enfants,des accidents de voitures ou seul le fautif s en sort indemne? et plein d autres exemples les innocents qui sont tués par des fanatiques!!! non Monsieur un DIEU ne pourrait pas fermer les yeux sur tout ca vous croyez pas? moi je suis septique et laissez moi douter je vous prie (vous voyez je vous supplie et vous n etes pas dieu !) mais au moins j espere que vous me comprenez !!! amicalement vavat

Écrit par : vavat | 10/04/2018

Talibés = Honte aux marabouts, Honte aux religieux confrériques sénégalais, Honte aux politiciens sénégalais, Honte à l'Etat sénégalais, Honte au peuple sénégalais, Honte au SENEGAL !
Le Sénégal paiera un jour tout le mal fait aux enfants talibés pendant des décennies... Le combat pour les enfants talibés continue, jusqu'à son éradication... même si c'est mal barré !
Quand aux Dieux, ils se sont détournés de ce pays qui se veut si pieux, et ils l'ont laissé aux mains de pseudos religieux, vraies pourritures humaines intéressés que par le fric et leurs petites affaires, jusqu'à gouverner l'économie du pays sans partage jusqu'à mettre des adultes et des enfants talibés en esclavage dans un Islam qu'ils ont totalement dévoyé et pourri....Inch A Allah !

Écrit par : issa gibb | 11/04/2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire