18/08/2017

VIVE LE POULPE!

Le poulpe, l’espèce halieutique la plus exportée avec 204 milliards de francs CFA en 2016

12620366_10207555929909665_1381013998_o.jpg

Le poulpe est l’espèce halieutique la plus exportée du Sénégal avec un chiffre d’affaire réalisé de 204 milliards de francs CFA en 2016, a révélé le coordonnateur national du réseau des Conseils locaux de la pêche artisanale (CLPA), Abdoulaye Ndiaye.
"Aujourd’hui, en termes d’exportation, le poulpe est l’espèce halieutique la plus exportées du Sénégal où la pêche qui, jouant un rôle important dans le développement économique, social et culturel, contribue considérablement au produit intérieur brut (PIB) national", a-t-il souligné.
Les acteurs de la pêche, regroupés au sein du CLPA du département de Mbour, se sont retrouvés jeudi dans les locaux du service des pêches et de la surveillance pour évaluer le repos biologique du poulpe institué par les autorités, de commun accord avec les pêcheurs locaux, pour faciliter la régénération de la ressource.
"Nous voulons que toutes les parties prenantes soient impliquées dans ce processus. Même si dans les plans d’aménagement des pêcheries, il est stipulé que les idées doivent émaner de la base (...), il serait bien d’impliquer les industriels dans les mesures que nous prenons", a indiqué M. Ndiaye.
Par rapport au repos biologique zonal qui figure dans le plan d’aménagement du poulpe du Sénégal, le coordonnateur national du réseau des CLPA relève que certains de ses démembrements ne jouent pas le jeu et ne suivent pas les recommandations pour une meilleure gestion de la ressource.
"La recommandation qui a été faite, c’est qu’à l’avenir, que le CLPA sort une décision, que l’autorité puisse arrêter un repos biologique qui soit national et couvrant aussi bien la pêche artisanale qu’industrielle. Parce que la pêche artisanale observe un repos biologique et que les navires continuent à pêcher le poulpe, les résultats escomptés ne seront jamais obtenus", a prévenu Abdoulaye Ndiaye.
La surveillance des pêches est un aspect "très important" pour les acteurs locaux de la pêche, notamment dans la gestion de la ressource, estimant que d’autres pêcheurs malintentionnés ont tendance à bafouiller les mesures qui sont prises.
"Nous avons retenu de faire, à l’avenir, des missions de surveillance en collaboration avec les services compétents, en l’occurrence la Direction des pêches et de la surveillance (DPSP) afin de pouvoir traquer tous les contrevenants qui tenteraient de passer outre les mesures déjà prises pour l’intérêt du secteur", a encore indiqué Ndiaye.
Selon lui, les débarquements mensuels de poulpe au niveau des différents quais de pêche tournaient entre 14 et 17 tonnes. Et pour les cinq jours du mois de juillet dernier, rien que pour le quai de pêche de Djiffère, il a été enregistré 60 tonnes de poulpe, 61 tonnes pour Joal-Fadiouth, 58 tonnes à Mbour. Pour la zone de Sindia nord qui comprend Saly-Portudal, Ngaparou, Somone, Popenguine, Ndayaane, la quantité de débarquement est de 28 tonnes.
"Avant ce repos biologique, le quai de Mbour enregistrait 17 tonnes par mois et celui de Joal-Fadiouth entre 17 et 18 tonnes le mois. C’est vous dire que toute l’importance qu’il y a quand le repos biologique est instauré et respecté par les différents acteurs concernés", a fait valoir le coordonnateur national des CLPA du Sénégal, souhaitant que ce repos biologique soit étendu à toutes les zones de pêche du pays.
ADE/ASB/APS

750000 MOUTONS

Tabaski 2017 : le Sénégal a besoin de 750 000 moutons

moutons_0.jpg

Pour satisfaire les besoins du marché en moutons pour la fête de Tabaski, la demande globale s’élève à 750 000 têtes de bétail. L’annonce a été faite par Mme Aminata Mbengue Ndiaye, Ministre sénégalais de l’Elevage et des Productions animales, à l’occasion de sa visite effectuée à Nouakchott avant-hier.
Dans le cadre de l’opération Tabaski, Mme Aminata Mbengue Ndiaye, Ministre de l’Elevage et des Productions animales, a effectué, avant-hier, une visite en Mauritanie, au cours de laquelle elle a rencontré son homologue mauritanien, représenté par le ministre mauritanien des Pêches et de l’Economie maritime, M. Nany Ould Chrougha. Cette rencontre s’est déroulée en présence du ministre mauritanien du Commerce, de messieurs Mamadou Tall et Cheikhna Ould Nenni, respectivement ambassadeur du Sénégal en Mauritanie et ambassadeur de Mauritanie au Sénégal, ainsi que les représentants des éleveurs et commerçants mauritaniens.
Le ministre sénégalais de l’Elevage et des Productions animales, Mme Aminata Mbengue Ndiaye, a rappelé les deux accords signés dans le domaine de l’élevage, à savoir les accords sur la transhumance et dans le domaine de la santé animale, de la santé publique vétérinaire et des productions animales. Aussi, elle a indiqué que la réunion paritaire de suivi de la transhumance a permis d’enregistrer des avancées significatives en termes de coopération pastorale entre les deux pays, tout en soulignant que cette rencontre a été une opportunité pour procéder au recensement du cheptel transhumant sénégalais.
Toutefois, elle a indiqué que le rapport du recensement effectué n’est pas encore finalisé.
Aminata Mbengue Ndiaye a, en outre, indiqué que la fête de Tabaski revêt une triple dimension religieuse, économique et sociale. C’est pourquoi elle a indiqué que ‘’pour cette année 2017, la demande globale pour satisfaire les besoins du marché national est maintenue à 750 000 moutons dont 260 000 têtes pour la seule région de Dakar’’ et ‘’les importations à partir de la Mauritanie constitueront une contribution non négligeable pour la réalisation de nos objectifs’’, a-t-elle soutenu.
Nouakchott s’est dit satisfaite des dispositions prises par la partie sénégalaise, dans le cadre de cette opération Tabaski 2017, afin que ‘’tout se déroule dans les règles de l’art’’, aux dires du ministre mauritanien.
Ibou BADIANE/africatime.com

16/08/2017

ORDURES MAL GEREES

Mauvaise gestion de Mbeubeuss : L’Etat du Sénégal perdrait plus de 85 milliards FCFA par an

photo-semaine-ea77-diaporama.jpg

Située dans la grande banlieue dakaroise, la décharge de Mbeubeuss ferait perdre plus de 85 milliards de francs CFA. Et pour cause, la mauvaise gestion de ce site.
Ainsi, la problématique des déchets dans le cadre du projet phare du Plan Sénégal émergent, sur lequel mise les autorités pour permettre au pays d’atteindre l’émergence à l’horizon 2035. Une perspective qui a fait l’objet de plusieurs conseils des ministres, informe le Quotidien.
Il s’agira de mettre en place un cadre de contractualisation avec des partenaires afin de parvenir à impulser une valorisation énergétique , agronomique mais aussi de production de combustibles, selon Ibrahima Diagne, coordonnateur de l’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (Ucg).
De son avis, la mise en œuvre de ces solutions alternatives permettra de « régler un problème qui a duré 50 ans et qui est une préoccupation majeure des populations de la banlieue dakaroise ».
xalimasn.com

13/08/2017

CRISE DES ENTREPRISES

97% des 407 000 entreprises au Sénégal sont des PME avec un chiffre d’affaire médiocre

pme.jpg

Quatre-vingt-dix-sept pour cent des 407 000 entreprises recensées au Sénégal, sont des petites et moyennes entreprises (PME) avec un chiffre d’affaires annuel inférieur à deux milliards de francs CFA, a indiqué le directeur général de l’Agence pour le développement et l’encadrement des PME (ADEPME), Idrissa Diabira.
Sur l’ensemble des 407 000 entreprises répertoriées, 97 pour cent sont dans l’informel et plus de 60 pour cent d’entre elles sont sur l’axe Dakar-Thiès-Diourbel, a expliqué M. Diabira à l’occasion d’un atelier technique sur la mise en place du réseau « Sénégal PME« , indique l’agence de presse sénégalaise.
Selon le DG de l’ADEPME, la compétitivité, la formalisation et la territorialisation sont les ’’grands défis’’ auxquels ces entreprises sont confrontées.
« Même si 97 pour cent des entreprises sont dans l’informel, elles ne représentent que 16 pour cent du chiffre d’affaires global des PME. Donc, nous devons renforcer la PME sénégalaise« , a-t-il estimé, relevant que seuls 28 pour cent des PME ont accès à la commande publique, rapporte la même source.
Selon lui, il faut voir comment faire pour que 50 pour cent de la commande publique, des impôts et des ressources nationales, puissent profiter à la PME sénégalaise.
Couly CASSE/senego.com

12/08/2017

3717 MILLIARDS DE FCFA

Hausse de 11% des créances intérieures des institutions de dépôts du Sénégal

index.jpg

L’encours des créances intérieures des institutions de dépôts du Sénégal a progressé de 10,9% au mois d’avril 2017 comparé à la même période de 2016, indique la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dans une note reçue vendredi à APA
Cet encours s’est établi à 3717 milliards FCFA contre 3351,8 milliards FCFA au mois d’avril 2016, soit une augmentation de 365,2 milliards FCFA.
Cette hausse s’explique essentiellement par les créances dues à l’administration centrale qui sont passées à 52,9%. De leur coté, les créances sur les autres secteurs ont progressé de seulement 6,8%.
En glissement mensuel, les créances intérieures ont légèrement progressé de 0,3%, passant de 3704,8 milliards FCFA en mars 2017 à 3717 un mois plus tard.
MS/cat/APANEWS.net

DES MINIBUS POUR MBOUR

38 minibus mis en circulation pour améliorer la mobilité urbaine à Mbour

arton168906.jpg

Le préfet du département de Mbour (ouest), Saër Ndao, a remis jeudi à des acteurs du transport local 38 minibus d’un coût de 722 millions de francs CFA, de nouvelles acquisitions qui devraient contribuer à améliorer la mobilité urbaine dans la capitale de la Petite-Côte, a constaté l’APS.
Le nombre important de bus réceptionnés à Mbour s’explique par "le potentiel démographique et économique" de ce département de la région de Thiès (ouest), a-t-il souligné au cours d’une cérémonie officielle de remise des clés des nouveaux minibus.
Etaient notamment présents, le secrétaire général du ministère des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement, Jules Aubin Sagna, ainsi que le directeur général du Conseil exécutif des transports urbains à Dakar (CETID), Thierno Birahim Aw.
Le maire de Mbour, Fallou Sylla, avait également assisté à cette cérémonie, de même que des représentants du secteur du transport local.
Ces bus, répartis sur quatre lignes, vont desservir l’ensemble des quartiers de Mbour et d’autres communes du département, a signalé M. Sylla, citant notamment Saly-Portudal, Ngaparou, Somone, Sessène, Sandiara, Gandigal, Malicounda, Sindia,Diass, Warang, Nianing, etc.
Le préfet de Mbour a lui appelé les populations locales à travailler à la préservation de ces minibus qui devraient créer "70 emplois directs" pour 30.000 voyageurs transportés quotidiennement.
"On avait, à Mbour, un problème de transport, de confort, de qualité et c’est ce que nous avons réglé aujourd’hui avec d’abord un premier lot qui entre dans la phase-test de ce programme qui nous met à l’épreuve, parce que c’est pour nous montrer que nous pouvons en avoir plus", a déclaré Saër Ndao.
"On est en train de voir comment mettre en place un plan de circulation mais aussi revoir le dispositif de circulation au niveau de Mbour. Et pour cela, on a des projets avec le Programme de promotion des villes (PROMOVILLES) et l’Agence des routes (AGEROUTES) qui, s’ils aboutissent", devraient permettre d’élargir les axes routiers pour "une meilleure fluidité de la circulation", a dit M. Ndao.
"Les 38 minibus que nous avons confiés aux opérateurs de Mbour vont complètement révolutionner les conditions de mobilité urbaine, avec un objectif majeur de l’Etat qui est la réduction de l’insécurité routière", a indiqué Thierno Birahim Aw.
Selon M. Aw, les autorités ont demandé que soit accéléré le programme de renouvellement et de modernisation du parc automobile des transports, en étroite collaboration avec l’ensemble des services de l’Etat.
Pour ce faire, de nouveaux services de transport seront déployés dans les régions de l’intérieur, en renfort des programmes mis en œuvre par PROMOVILLES, un projet qui est en train a-t-il dit de doter les territoires de routes, de voirie, d’infrastructures d’assainissement et d’éclairage.
Ces initiatives, une fois combinées, se traduiront par l’amélioration des "conditions de confort, de sécurité et de régularité" du transport, a souligné M. Aw.
ADE/BK/APS

10/08/2017

L'ENERGIE SOLAIRE ENFIN

La révolution du solaire au Sénégal

_97259898_04e2fe65-4c19-4d71-b1bb-81be05bace89.jpg

Le Sénégal transforme sa politique énergétique et se tourne vers les énergies renouvelables.
Trois centrales solaires ont été mises en service dans les 10 derniers mois.
Deux autres sont prévues pour la fin de l'année. De quoi booster la production énergétique du pays.
Mais les zones rurales tardent encore à en bénéficier.
C'est un champ immense - l'équivalent d'une soixantaine de terrains de football.
A Santhiou Mekhe, à environ 130 km de la capitale sénégalaise, 92 milles panneaux solaires sont sortis de terre.
Inaugurée en juin dernier en présence du président Macky Sall, la centrale de Santhiou Mekhe est la troisième construite dans le pays en moins d'un an, et la plus grande en activité en Afrique de l'Ouest.
Des investisseurs privés et l'agence française pour le développement ont uni leurs forces avec les autorités sénégalaises pour financer et construire cette centrale à travers une société de projet - Senergy PVSA.
Image caption Avec 65% de taux d'électrification au niveau national, et seulement 33% dans les campagnes, l'électrification rurale est un enjeu majeur pour le pays.
"Senergy PVSA a signé avec la Senelec un contrat d'achat d'énergie qui porte sur 25 ans, en passant par la construction de la centrale solaire photovoltaïque de Santhiou Mekhe. Elle est aujourd'hui construite et mise en service depuis le 1er août 2017", détaille Emmanuel Oloa, chargé de projet pour la compagnie Engie Solaire direct, qui a construit la centrale.
D'après lui, le succès du projet vient du fait que les populations locales ont été impliquées dès la première heure. Un comité de suivi a été mis en place réunissant constructeurs, investisseurs et représentants locaux pour répondre à toute éventuelle difficulté, et mettre en place des projets sociaux.
Le chantier de construction qui a duré 12 mois, a permis la création de 150 emplois locaux.
Maintenant que la centrale est opérationnelle, beaucoup espèrent qu'elle permettra à la fois l électrification des villages alentour et la baisse du prix du courant.
"Un effort important a été fait durant cette année, avec une baisse de 10% du prix de l'électricité", révèle Ibrahima Niane, directeur de l'électricité au ministère de l'énergie sénégalais. Et d'après lui, ce n'est que le début.
"Dans le cadre du développement du mix énergétique, avec les centrales solaires qu'on est en train de réaliser, et les centrales éoliennes et au gaz qui vont venir, il y aura certainement une autre baisse du prix de l'électricité, poursuit-il. C'est une demande nationale, et ça permettrait aussi d'augmenter la compétitivité de l'économie sénégalaise.
Laissés-pour-compte
Pour l'électrification rurale, en revanche, il reste beaucoup à faire. Exemple à Sinkane, à moins de 2 km de la centrale de Santhiou Mekhe. Là-bas, pas d'électricité. Juste un poteau électrique qui traverse le village depuis plus de 50 ans.
"Le problème, c'est que les gens pensent que le Sénégal s'arrête à Dakar", s'emporte Idrissa Kane le chef du village. "Dans les zones rurales, il n'y a rien. On est les laissés-pour-compte. On est comme des moutons. Et même les moutons, leur propriétaire en prend soin et les nourrit. Mais nous, les ruraux, à chaque fois qu'il y a un partage, nous sommes oubliés." *
Sur les 600 habitants de Sinkane, outre le chef de village, 7 ménages ont du courant - Des foyers tirés au sort pour bénéficier des quelques kits solaires installés gratuitement par la compagnie privée qui a construit la centrale.
De fait, une nouvelle centrale solaire n'implique donc pas automatiquement l'électrification des localités avoisinantes. L'énergie produite par les centrales solaires doit passer par le réseau de la Senelec, la compagnie sénégalaise d'électricité. C'est à la Senelec, et à l'agence nationale pour l'électrification rurale de construire les infrastructures, de gérer le transport de l'électricite et de raccorder les ménages au réseau.
"On produit, on transporte, puis on distribue. La zone de production peut être complètement différente de la zone de consommation", confirme le directeur de l'électricité au ministère de l'énergie.
Et d'ajouter : "Là où il y a une centrale solaire et des localités à côté, on fera le maximum pour que ces localités aient l'électricité dans les meilleurs délais. Ces populations constituent des priorités pour nous, c'est très important. Les dispositions sont en train d'etre prises", assure-t-il.
Avec 65% de taux d'électrification au niveau national, et seulement 33% dans les campagnes, l'électrification rurale est un enjeu majeur pour le pays.
Les autorités ont promis deux autres centrales solaires et un parc éolien d'ici à la fin de l'année. Beaucoup espèrent que ce sera un pas de plus vers une énergie plus propre et moins chère, pour tous.
BBC.com

09/08/2017

PLUS DE RIZ EN CASAMANCE

Riziculture : 37 000 ha seront emblavés en Casamance

b34b8b221c7d631cc2638341a44426a1_L.jpg

Le Projet pôle de développement de la Casamance (Ppdc) va accompagner les organisations de producteurs des régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda à emblaver 37.210 hectares en riz cette année contre 32.927 hectares en 2016 et 18 160 hectares en 2015 ; soit une augmentation respectivement de 15% et 51%.
Pour la présente campagne agricole, le Projet pôle de développement de la Casamance a fini de recycler les conducteurs des 14 tracteurs et 14 motoculteurs qu’il avait achetés en 2016 et mis à la disposition des organisations de producteurs. Le Ppdc a acquis ces engins de travail de sols à 370 millions de FCfa et les a octroyés aux producteurs sur la base d’une subvention de 80 à 85 %. « Les producteurs ont mobilisé, sur fonds propres, 55 millions de FCfa et acheté ces machines », a indiqué le responsable chaîne de valeurs, Ousseynou Konaté. Le projet a également acheté 125 tonnes de semences certifiées de riz produites par 3 coopératives semencières de Casamance que sont l’Entente de Diouloulou, Blouf Emano et la Fédération des producteurs du bassin de l’Anambé (Feproba). Il a acquis ces semences à 50 millions et les a subventionné aux producteurs à 80 %. D’après M. Konaté, ces semences viennent en supplément à celles distribuées par le Programme national d’autosuffisance en riz (Pnar).
Dix nouvelles vallées réhabilités dans le Bignona
En outre, le Projet pôle de développement de la Casamance a mis à la disposition des producteurs 1.000 tonnes d’engrais Mpk et 800 tonnes d’urée pour un montant de 510 millions de FCfa et subventionnées pour les producteurs à 80%. Ces engrais ont été mis en place dans 105 communes de la Casamance, selon Oussseynou Konaté. A l’en croire, l’identification et la distribution des semences et engrais aux producteurs ont été assurées par 31 organisations paysannes partenaires du projet. M. Konaté a renseigné également que pour cette campagne agricole, 10 nouvelles vallées du département de Bignona, qui sont situées dans le marigot d’Affiniam, ont été réhabilitées et aménagées par le Ppdc au bénéfice des producteurs. Ces vallées sont mises en valeur à partir de cet hivernage. Les comités de vallée (au nombre de 10) sont déjà mis en place et ont été renforcés dans les thématiques de gestion de l’eau, de bonnes pratiques agricoles, de prévention et de gestion des conflits. En plus, le Ppdc est en train de construire 15 magasins au profit des organisations de producteurs partenaires pour le stockage des productions agricoles (riz).
El Hadj Moussa SADIO/lesoleil.sn

RECETTES EN HAUSSE

Finances publiques au Sénégal Les recettes budgétaires en hausse de 33,5 milliards en juin

images-6.jpg

Au cours du premier semestre de l’année 2017, l’exécution budgétaire s’est traduite par une légère progression des dépenses publiques, associée à une faible évolution de la mobilisation des ressources budgétaires. En effet, les dépenses totales et les prêts nets sont ressortis à 1248,1 milliards à fin juin 2017, augmentant de 3,0 milliards (+0,2%) par rapport à la même période de l’année précédente.
Les ressources financières sont composées de recettes budgétaires avec 993,1 milliards, de dons (60,2 milliards) et de ressources du Fonds de Soutien à l’Energie (FSE) (10,5 milliards). Selon la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) dans son point mensuel de conjoncture de juin 2017, les recettes budgétaires ont progressé de 33,5 milliards (+3,5%), sous l’effet, essentiellement, des recettes fiscales, en hausse de 24,5 milliards, comparativement au premier semestre de l’année 2016. Cette situation traduit le bon comportement de l’impôt sur les sociétés (+14 milliards), de la TVA à l’import (+31,6 milliards), des droits de porte (+15,1 milliards) et de la TVA intérieure (+6,9 milliards). Toutefois, renseigne la source, les performances observées ont été atténuées par la faiblesse du recouvrement du Fond de Sécurisation des Importations des Produits Pétroliers (FSIPP) conséquence du maintien des prix à la pompe dans un contexte de hausse des cours du baril. La mobilisation des recettes non fiscales a bénéficié principalement de la bonne tenue des recouvrements au titre des revenus des domaines (+5,7 milliards). Concernant les dons, la DPEE soutient qu’ils sont estimés à 60,2 milliards à fin juin 2017, soit une baisse de 18,3 milliards en glissement annuel, imputable aussi bien à leur composante budgétaire qu’à celle en capital. Quant aux ressources du FSE, elles ont baissé de 6,8 milliards pour s’établir à 10,5 milliards à fin juin 2017 contre 17,3 milliards un an auparavant.
S’agissant des dépenses totales et les prêts nets, note la direction de la prévision et des études économiques, ils ont légèrement progressé, passant de 1245,1 milliards à 1248,1 milliards sur un an, soit une augmentation de 3,0 milliards.
Les dépenses en capital en progression de 25,7 milliards
Cette situation traduit le bon niveau d’exécution des dépenses d’investissement, atténué par un repli des dépenses courantes. En effet, sur les six premiers mois de l’année 2017, précise la DPEE, les dépenses en capital sont évaluées à 490,3 milliards, soit une progression de 25,7 milliards, traduisant l’augmentation des investissements financés sur ressources extérieures qui sont évalués à 255,0 milliards. En revanche, les investissements exécutés sur ressources internes (235,3 milliards) ont reculé de 4,2%. Concernant les dépenses courantes, elles se sont chiffrées à 757,8 milliards, soit un recul de 2,9%, notamment expliqué par la diminution des charges de fonctionnement. « Ces dernières, évaluées à 367,2 milliards, se sont repliées de 45,0 milliards sous l’effet des dépenses de fournitures et entretien (-69,4 milliards), dans un contexte de rationalisation des dépenses de consommation », explique la source. Cependant, des progressions respectives de la masse salariale et des intérêts sur la dette, de 15,4 milliards et 7,0 milliards, sont enregistrées.
Zachari BADJIrewmi.com

08/08/2017

ENCORE DU GAZ ET DU PETROLE

Pétrole et gaz : Une nouvelle découverte de gisements offshore au Nord de Sangomar

Shah Deniz II.jpeg

La société Far Limited (ASX: FAR) a annoncé, dans un communiqué, une découverte de pétrole au large du Sénégal. Celle-ci concerne le puits d’exploration SNE au Nord de Sangomar. La société a trouvé des gisements dans trois endroits différents. Le communiqué ajoute qu’un quatrième site pourrait bien être identifié. Ces sites comprennent une colonne de pétrole et de gaz de haute qualité dans le champ pétrolier SNE. Le communiqué ajoute que des échantillons de pétrole, d’eau et de gaz plus consistants ont été retrouvés à la surface ; tandis que des travaux sont en cours en vue de déterminer l’étendue des réserves d’hydrocarbures. La découverte avec le puits SNE North-1 atteste une fois de plus la qualité du système générateur de pétrole et de gaz dans nos licences offshores au Sénégal et est un autre résultat significatif », a commenté Mme Cath Norman, Directeur général de Far.
Par ailleurs, le document indique que des travaux supplémentaires sont entrepris pour établir la commercialité potentielle de cette découverte et pour intégrer les résultats aux données collectées à ce jour. Les résultats du puits pourraient impacté positivement le potentiel d’exploration au Nord le long du champ pétrolier SNE. Le puits est situé à une profondeur d’eau de 900 m à environ 90 km sur le bloc Sangomar Deep Offshore et à 15 km au nord de la découverte SNE-1 qui avait entrecoupé des intervalles de 18 et 8,5m de pétrole brut. Il a atteint une profondeur totale de 2837 m et est cours d’obturation pour être abandonné comme prévu. La même source précise que les opérations de forage ont été menées à bien, dans le respect du budget et de l’échéancier.
La junior d’exploration Far est en joint-venture sur les trois blocs Rufisque Offshore, Sangomar Offshore et Sangomar Deep avec une licence couvrant environ 7.500 km2. Elle y détient 15% à côté de l’opérateur britannique Cairn Energy Plc (40 %), Woodside (35 %) et Petrosen (10%).
D. SARR/lesoleil.sn

03/08/2017

RETOURNEMENT DE SITUATION: WARI GAGNE TIGO

Décret présidentiel: Macky donne Tigo à Wari

16198356-21118947.jpg

Désormais, dans l'entendement des autorités sénégalaises, Tigo Sénégal n'appartient plus à Millicom, mais au groupe Wari.
En effet, par décret N° 2017-1475 en date du 1e aout 2017, le Président de la République, Macky Sall, a approuvé la cession de la licence d'établissement et d'exploitation des réseaux de télécommunications ouverts au publics de Sentel Gsm Sa à Wari Sa.
Le ministre des Finances et le ministre des télécommunications sont sommés d’exécuter le décret.
Il y a deux jours, Millicom avait annoncé qu'il a exercé ses droits de résilier l'accord de cession de sa filiale Tigo au Sénégal au groupe Wari. Le groupe Millicom avait, par la même occasion, annoncé qu'il a signé un accord pour la cession de Tigo au Sénégal à un consortium composé du Groupe Teyliom Telecom NJJ et de Sofima (véhicule d'investissement en télécommunication du groupe Axian)"
Seneweb.com

02/08/2017

TIGO NE SERA PAS A WARI

Wari perd Tigo

press-tigo-wari.png

Le Groupe Millicom a annoncé lundi sa décisioin de mettre fin à l’accord de cession de sa filiale Tigo au Sénégal au Groupe Wari.
Il annonce aussi la signature d’un accord avec le consortium composé du Groupe Teyliom Telecom, NJJ, et de Sofima (véhicule d’investissement en télécommunications géré par le Groupe Axian Groupe Axian).
"La transaction suivra le processus réglementaire en vigueur. Sa finalisation reste soumise au respect des accords entre les parties, et à l’approbation des autorités compétentes", indique un communiqué de Tigo.
Les nouveaux acquéreurs de Tigo sont Yerim Sow de Teyliom,Xavier Niel de NJJ, la famille Hiridjee, propriétaire du Groupe Axian, soit 24% du marché. Claude Foly a demandé à Kabirou Mbodj, PDG et fondateur du groupe Wari, quel est l’objectif de cette entrée dans le secteur des télécoms.
Wari s’étonne de l’annonce de Millicom
Dans un communiqué, Wari fait part de son étonnement face à l’annonce de remise en cause de la vente de Tigo et le rejette catégoriquement. "Conformément au contrat de vente qui les lie, Wari a respecté tous ses engagements dans le cadre de l’acquisition du deuxième opérateur de téléphonie sénégalais, en payant le déposit initial de 10 millions de dollars et en conduisant une due diligence contractuelle de 9 mois (étude de tous les aspects commerciaux, légaux, financiers et techniques de Tigo) qui devait déboucher sur un paiement du reliquat au plus tard le 02 Novembre 2017", indique le texte.
La plateforme digitale de services financiers devait acquérir à 129 millions de dollars l’opérateur mobile Tigo/Sénégal.
L’annonce avait été faite en février 2017.
Tigo est le deuxième opérateur du pays avec près de 4 millions d’abonnés,
BBC Afrique

26/07/2017

MALNUTRITION EN BAISSE

Rapport 2017 de l’Ifpri : Le Sénégal a réduit de 50% son niveau de malnutrition

DSC_0539-p.jpg

Le rapport 2017 de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpri) révèle une nette progression des États de l’Afrique de l’Ouest dans la lutte contre la malnutrition, la pauvreté et la faim. Le même rapport indique que le Sénégal a réduit de 50% son niveau de malnutrition.
L’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (Ifpri) a rendu public, depuis hier, son rapport 2017 sur les politiques alimentaires. Il ressort de ce rapport que l’Afrique a fait des progrès importants en réduction de la pauvreté et de la malnutrition. En Afrique de l’Ouest, le Sénégal et le Ghana sont les deux pays qui ont fait plus de progrès dans la lutte contre la malnutrition. D’après le directeur Afrique de l’Ifpri, Ousmane Badiane, ces deux pays (le Sénégal et le Ghana) ont réduit de 50% leur niveau de malnutrition. D’autres pays, dit-il, ont aussi fait des « efforts notoires » en réduisant de 25 à 40% la malnutrition. Pour mettre fin à cette malnutrition qui reste toujours élevée en Afrique, Ousmane Badiane invite les gouvernements des États africains à « accentuer les efforts sur ce qu’ils ont fait pour arriver à ce niveau ».
Par ailleurs, le rapport indique que l’Afrique subsaharienne fait face à une « baisse des produits de première nécessité et à des financements externes limités en 2016 ». «Une Campagne au niveau continental, intitulée « seize the moment » (saisir le moment), a été lancée pour accélérer les efforts du Programme détaillé de développement de l’agriculture en Afrique (Pddaa), et ainsi augmenter les investissements en agriculture dans la région. Mais les impacts des sécheresses sévères, du changement climatique, du conflit et de l’urbanisation rapide, entraineront des défis continus en 2017 », analyse l’Ifpri. Toutefois, le directeur pour l’Afrique de l’Ifpri, Ousmane Badiane constate qu’en Afrique l’investissement dans le secteur de l’agriculture est en perte de vitesse ces dernières années. Il relève que l’investissement dans l’agriculture avait même atteint 3 à 10% en termes d’accroissement.
Ce qui, dit-il, n’est plus le cas avec un accroissement de moins de 2%. Pourtant, à son avis, le continent africain offre aujourd’hui toutes les conditions pour accueillir des investissements. « A travers le continent, nous observons une redynamisation des économies qui se traduit par une massification des classes moyennes, une augmentation des ménages, ce qui crée naturellement de nombreuses opportunités pour l’agriculture locale », constate Ousmane Badiane.
En outre, cette urbanisation, si elle est bien maîtrisée apporte beaucoup d’opportunités, croit savoir le directeur général de l’Ifpri, Shenggen Fan. Dans les nouvelles villes, souligne-t-il, il y a la naissance d’une classe moyenne qui consomme beaucoup de produits.
Maîtriser les technologies
Malheureusement, ces produits sont, pour la plupart, importés. La preuve, poursuit M. Fan, l’ensemble du continent importe entre 35 et 40 milliards de dollars en denrées alimentaires chaque année. Si l’Afrique réussit, dit-il, à relier les petits producteurs dans les zones rurales et les consommateurs dans les milieux urbains, elle peut atteindre facilement les objectifs de développement durable (Odd).
Aujourd’hui, reconnaît le directeur Afrique de l’Ifpri, l’agriculture du continent peut connaître encore des progrès. Mais, à condition que, les États africains tirent les enseignements des années 1980 où le gouvernement monopolisait toute la chaîne de valeur agricole, précise Ousmane Badiane. «Le plus grand défi est d’éviter de retourner vers les mauvaises politiques », conseille-t-il. Pour développer l’agriculture, les pays africains doivent prendre en compte la concurrence mondiale et miser plus sur la compétitivité. «Être compétitifs dans l’avenir, c’est de maîtriser les technologies de demain, c’est-à-dire tout ce qui est Tic, robotique, agriculture digital, biotechnologie. Nous formons des ingénieurs agricoles, des agents de vulgarisation, mais jamais des paysans. Il n’y a aucun pays africains qui a un système de formation qui permet à un garçon de 16 ans, 17 ans de se convertir en agriculteur. Pourquoi doit-on aller jusqu’à l’université pour devenir acteur agricole ? », se demande-t-il.
Aliou Ngamby NDIAYE.lesoleil.sn

25/07/2017

ATTENTION DANGER

Sénégal sous mer à l’horizon 2200

dakar-plage-660x400.jpg

Dans la guerre contre les eaux montantes des océans, l’Afrique perdra moins de terres que les autres continents. Cependant, la hausse des températures pourrait rendre une grande partie de son territoire inhabitable. Une déclaration alarmante du site La Presse.
Afrique : continent le « moins » touché
L’axiome « l’Afrique est le futur » se confirme de plus en plus. Enfin, un futur sous air conditionné et ventilateur. Et ce ne sont pas les Africains qui le proclament, mais bien les projections des scientifiques face au conjoint effet du réchauffement climatique, de la fonte des grandes calottes glacières et la résultante de ce processus : une hausse exponentielle du niveau des mers. Un petit bout de ciel bleu dans ces prédictions sombres : le continent le moins impacté sera l’Afrique. Etre le moins impacté ne signifie pas toutefois que l’Afrique ne le sera pas.
Odyssée h2o pour l’Afrique aussi
L’Afrique boira sa tasse lors de cette invasion très liquide ou odyssée h2o. Non seulement l’eau mais aussi la canicule pour le continent, puisque comme son nom l’indique, le réchauffement climatique implique que la calor grimpera de partout. Dans la liste des pays affectés par les eaux, le Sénégal figure tout de même à la huitième place. Dakar, ville côtière par excellence sera aux premières loges du touché-coulé qui se jouera.
Almadies sous mer
Grand plongeon pour le quartier emblématique de Dakar qu’est les Almadies ; qui deviendra les Almadies sous mer. Rufisque aussi. L ’expression « sous mer » pourra être accolée à quasi toutes les villes et tous les villages côtiers que sont : Kafountine, Kabrousse, Palmarin, Ngaparo, Popenguine, Ndayane, Saint Louis, Cap Skirring, etc.
Le grand bleu c’est merveilleux, mais juste sous ton nez et directement dans tes narines ? Grands moments de solitude en perspective.
La piste du « Boire jusque plus soif » afin que le niveau des eaux diminue
Quant à l’usine du dessalement des eaux financée à hauteur de 135 milliards par la coopération japonaise et en voie de construction aux Mamelles ; avec sa capacité estimée à 50.000 mètres cubes/ jour, elle ne réussira pas à endiguer le salinement forcené des sols. Surtout, nous voyons mal la population entière boire l’eau dessalée de ladite usine afin de participer à l’effort de survie collectif.
Lorsque la nature fait son show eaux, balais-brosses et serpillières ne suffisent plus à renverser la tendance.
Irène Idrisse avec Lapresse/ au-senegal.com

HAIDAR EL ALI PLAIDE POUR L ECOLOGIE

Campagne des législatives au Sénégal: «l'écologie politique n'est pas un luxe»

dakar_10_0.jpg

Le Sénégal entre dans sa dernière semaine de campagne pour les législatives du 30 juillet et il n’y a pas que les grandes coalitions qui tentent de séduire les électeurs. Les écologistes par exemple sont eux aussi en compagne avec la liste «Naatal Sénégal» menée par l’ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali. Leur but, faire entrer à l’Assemblée des problématiques comme la pollution atmosphérique et l’impact sur l’environnement de la future exploitation du pétrole au Sénégal.
Après avoir fait campagne dans le sud du Sénégal, l’ancien ministre de l’Environnement Haïdar El Ali était ce dimanche 23 juillet dans la grande banlieue de la capitale sénégalaise, avec un message : l’écologie est une nécessité pour la nature, pour la santé, mais c’est aussi une source de richesse.
« Un hectare de coco rapporte après 5 ans de plantation 8 millions de FCFA par an et pendant 120 ans. On ne nous parle pas de ces investissements verts qui restaurent les écosystèmes, qui restaurent la pluie plutôt que le désert qui avance, et qui enrichissent la population ! », nous explique l'ancien ministre.
S’ils entrent à l’Assemblée, les écologistes promettent de se battre pour durcir la loi et réduire par exemple la pollution atmosphérique à Dakar, l’une des villes les plus polluées au monde.
« Chaque matin j’emprunte les bus, témoigne Mame Mor Ndiaye, un habitant de la banlieue dakaroise. La pollution, ça me fait mal au cœur ! On doit parler de ces questions à l’assemblée nationale.»
Bacary Ndiaye est la tête de liste écologiste du département de Pikine en banlieue de Dakar, une zone où la déforestation est un vrai problème.
« Au départ on pensait que l’écologie politique était une question de luxe, et qu’on ne pouvait pas parler préservation de l’environnement alors que la pauvreté (règne) mais notre première mission est justement de lutter contre la pauvreté… et si l’environnement n’est pas préservé, la forêt est menacée et c’est la vie du cultivateur qui est compromise…»
Et s’ils souhaitent entrer à l’Assemblée, c’est aussi parce que les écologistes craignent l’impact sur l’environnement que pourrait avoir la future exploitation des gisements de pétrole au Sénégal.
RFI

24/07/2017

MYSTIQUE SENEGAL

Top 5 des pays africains les plus mystiques qui soient, le Sénégal en 2e place

81dfc17e2d76fc8f14850006e874eabbcd9fe64f.jpg

Parler du mysticisme ou de la mystique revient, dans une certaine mesure, à s’intéresser à une réalité socioculturelle, disons à une pratique-vérité-croyance. Cette dernière, si nous nous offrons les moyens d’interroger quelques étapes de l’histoire humaine, semble ne jamais cesser de se montrer, avec une certaine acuité, qu’elle fonde notre vie, l’organise, la saisisse, la possède jusqu’à nous déposséder parfois de la raison. Eh oui, c’est ça l’Afrique. C’est l’endroit le plus mythique du monde où on trouve des mystères et des mystiques de tous les calibres. Rassurez-vous, on les trouve à tous les coins de rue. Pour vous, voici le top 5 des pays africains où le mysticisme est le plus noté :
1- Le Bénin
La réputation du Bénin en matière de pratique vaudou n’est plus à prouver. Il y existe même un festival en son honneur.
2- Le Sénégal
Ce n’est pas un secret, le Sénégal et le maraboutage c’est une grande histoire d’amour. Bien que cela soit interdit par la religion, les sénégalais ne boudent pas leurs marabouts.
3- Le Burkina Faso
Le Burkina est aussi réputé pour abriter de grands hommes mystiques aussi redoutables les uns que les autres.
4- Le Gabon
Il est de notoriété publique que Bongo père était un Franc-maçon tout comme le fils. Plusieurs cadres de l’administration également sont membres de cette secte ésotérique.
5- Le Tchad
Le Tchad peut être cité du fait de son président. En effet, Idriss Deby fait partie des 10 présidents africains accro aux marabouts.
Afrikmag.com

16/07/2017

PROTEGER MIEUX LA PÊCHE

Surveillance des pêches maritimes : Le Sénégal dispose désormais de deux stations de réception de données géospatiales

PFA West Africa_0.jpg

La direction des Pêches maritimes (Dpm) du Sénégal et le Centre de recherches océanographiques de Dakar-Thiaroye (Crodt) disposent désormais, tous les deux, une station de réception de données géo-spatiales afin de surveiller le mouvement des navires dans les zones exclusivement réservées à la pêche de toute la façade Est de l’Océan atlantique. La cérémonie de lancement a eu lieu, hier, à la Direction des pêches maritimes du Sénégal.
Grâce à l’appui du Projet régional « Gestion des ressources marines et côtières » du Programme de surveillance de l’environnement et de la sécurité en Afrique, dénommé « The Monitoring of environment and security in Africa programme (Mesa) de la Commission marine de la Cedeao, la direction des Pêches maritimes (Dpm) du Sénégal et le Centre de recherches océanographiques de Dakar-Thiaroye (Crodt) disposent désormais tous d’une station de réception de données géospatiales.
Selon, le directeur des Pêches maritimes, Docteur Mamadou Goudiaby, ces deux stations de réception de données géospatiales vont ainsi aider l’État du Sénégal à mieux surveiller le mouvement des navires dans les zones exclusivement réservées à la pêche aussi bien dans les pays de la Cedeao et dans ceux de toute la façade Est de l’Océan atlantique, de diffuser des données sur les conditions océaniques et les cartes des Zones potentielles de pêche (Zpp).
« Ces installations de stations de réception de données géospatiales à la direction des pêches maritimes, mais également au Crodt vont permettre de mieux suivre les paramètres océaniques et le mouvement des navires dans les zones exclusives aussi bien dans la sous-région que dans les autres pays de la Cedeao et de toute la façade Est de l’Océan atlantique », a assuré le directeur des Pêches maritimes, Docteur Mamadou Goudiaby, au cours de la cérémonie de lancement de cet outil de surveillance de l’environnement et de la sécurité en mer. Elles vont, selon lui, permettre également de pérenniser les acquis dans les domaines de la surveillance et de la sécurité des pêches et ressources maritimes, mais aussi d’aller vers le développement des activités océanographiques dans la sous-région ouest-africaine.
Il existe aussi, dans le pays, d’autres stations de données terrestres dans certains centres de recherches, dont l’université, le Centre de suivi écologique (Cese), l’Anacim.
Selon lui, le projet a été financé à hauteur de 39 millions de dollars. Ce projet est important pour pérenniser ce que nous avons réalisé durant cette première phase du Mesa. Cet outil, selon les responsables de la direction des Pêches maritimes du Sénégal, va incontestablement contribuer au développement des services opérationnels de surveillance des paramètres de gestion des pêcheries et de l’état de l’océan pour la sécurité en mer. Ces deux stations, qui viennent d’être implantées, vont favoriser la gestion des pêcheries, la prévision océanique, ainsi que le suivi des profils côtiers et marins. Elles vont également permettre de lutter contre la pêche illégale non déclarée et non réglementée (Inn) aux niveaux national et régional.
Mamadou SY/lesoleil.sn

12/07/2017

PETROLE A N'EN PLUS FINIR

Encore une découverte de pétrole

une-raffinerie-de-petrole-de-la-south-oil-company-soc-a-nasiriyah-dans-le-sud-de-l-irak-le-30-octobre-2015_5471720.jpg

On ne compte plus les découvertes de pétrole dans les eaux du Sénégal. Mardi, le pétrolier écossais Cairn Energy a annoncé avoir mis la main sur un important gisement d’or noir dans le puits FAN South-1.
Les travaux ont commencé le 26 mai dernier et ont été exécutés par la plateforme de forage Stena Drillmax. Ils se sont déroulés suivant le budget, en toute sécurité et ont pris fin avant l’échéancier prévu par les partenaires sur le projet, souligne une note de la firme, cotée à Londres.
« FAN Sud est notre dixième réussite au Sénégal depuis les trois dernières années et notre deuxième puits dans la partie profonde du bassin, à côté de la découverte FAN-1. Les résultats de FAN South seront intégrés à ceux de FAN-1 et ajoutés à ceux du champ SNE. Cela aidera la coentreprise à mieux évaluer le potentiel du bassin en eau profonde, au large du Sénégal.», a commenté Simon Thomson (photo), le patron de Cairn. Il a poursuivi en annonçant que les travaux de forage sur la partie nord du prospect démarreront « bientôt ».
Situé à une profondeur d’eau de 2 175 mètres, le puits a été foré jusqu’à une profondeur totale de 5 433 mètres où deux réservoirs majeurs ont été atteints. Il s’agit d’un réservoir de turbitides datant du crétacé supérieur et un autre datant du crétacé inférieur, exactement comme sur la découverte FAN-1 en 2014.
Selon les ingénieurs de cairn Energy, l’analyse préliminaire de l’huile indique une qualité API de 31°. Des études sont en cours pour vérifier si l’huile des deux puits (FAN-1 et FAN South-1) est de qualité commerciale.
Pour rappel, FAN South-1 est situé sur le prospect FAN South, à 90 km au large du bloc Sangomar Deep Offshore et à 30 km au Sud-Ouest de FAN-1. Cairn est l’opérateur du champ SNE avec 40% des participations totales. L’Américain ConocoPhillips en détient 35%, FAR Ltd, 15%) et Petrosen, la société publique sénégalaise du pétrole, les 10% restants.
Olivier de Souza/agenceechofin.com

LA HONTE DU SENEGAL

Insuffisance des efforts de lutte contre la mendicité des enfants

201707africa_senegal_talibe_photo_14.jpg

L'exploitation des enfants talibés et les abus dont ils sont victimes restent monnaie courante
Des dizaines de milliers d'enfants talibés au Sénégal continuent d’être forcés à mendier et de souffrir d'abus dans certaines écoles coraniques traditionnelles, un an après le lancement d’un programme gouvernemental visant à réprimer ces pratiques, ont déclaré dans un rapport publié aujourd'hui Human Rights Watch et la Plateforme pour la Promotion et la Protection des Droits de l'homme (PPDH), une coalition sénégalaise d’organisations de défense des droits humains.
Le rapport de 45 pages, intitulé « “Je vois encore des talibés mendier” : Insuffisance du programme gouvernemental pour protéger les enfants talibés au Sénégal », examine les succès et les échecs de la première année d'un nouveau programme du gouvernement visant à retirer des rues les enfants forcés à mendier. Le rapport documente les abus persistants – et notamment l'omniprésence de la mendicité forcée, de la violence et des abus physiques, l'enchaînement, l'emprisonnement et les abus sexuels – auxquels ont été confrontés de nombreux enfants talibés à Dakar et dans quatre autres régions du pays, pendant et malgré la mise en œuvre du programme. Human Rights Watch et la PPDH ont également évalué les défis qui restent à relever pour que les victimes d'abus puissent avoir accès à la justice.
« Bien qu'il représente un pas dans la bonne direction, le programme du Sénégal visant à retirer les enfants des rues n'a presque rien changé au nombre alarmant de jeunes talibés qui sont tous les jours victimes d'exploitation, d'abus et de négligence », a déclaré Corinne Dufka, Directrice adjointe de la division Afrique à Human Rights Watch. « Pour empêcher les abus et s'attaquer au cœur du problème, le gouvernement devrait veiller à ce que les maîtres abusifs fassent l’objet de sanctions ou de poursuites. »
Les deux organisations ont exhorté le gouvernement à renforcer le programme lors de sa deuxième année de mise en œuvre, à ouvrir des enquêtes et à engager des poursuites contre les maîtres coraniques abusifs, et à mettre en place un cadre juridique pour réglementer les pensionnats coraniques traditionnels, aussi connus sous le nom de daaras. Les candidats aux élections du 30 juillet à l'Assemblée nationale devraient placer les droits de l'enfant au centre de leurs campagnes et la nouvelle Assemblée s'efforcer de mettre fin à la mendicité forcée et d'accélérer l’adoption du projet de loi portant statut des daaras.
Les enfants talibés qui fréquentent des daaras qui les exploitent sont légion. Un talibé de Dakar âgé de 8 ou 9 ans a confié à Human Rights Watch que dans son ancien daara, « Nous faisions la mendicité pour de l’argent et pour du riz. Le marabout [maître coranique] demandait 400 francs CFA [0,70 dollar US] par jour. Le mercredi, c’était 500 francs CFA [0,85 dollar US], pour payer le loyer et l’électricité. Si nous n’apportions pas l’argent, ou si nous ne récitions pas les versets, le marabout nous battait. »
Le rapport s'appuie sur des entretiens approfondis menés de janvier à juin 2017 avec des enfants talibés anciens ou actuels, des maîtres coraniques, des activistes, responsables gouvernementaux, travailleurs sociaux et travailleurs humanitaires sénégalais, et des responsables de l'ONU. Il fait suite à un rapport de juillet 2016 intitulé « Sénégal : Nouvelles mesures pour protéger les talibés et les enfants de la rue » et sur des rapports de 2015, 2014 et 2010 documentant les abus contre les talibés.
À travers le Sénégal, environ 50 000 enfants talibés – selon les estimations – vivent dans des daaras où leurs maîtres coraniques les forcent à mendier chaque jour pour de l'argent, du riz ou du sucre. Les talibés vivent souvent dans des conditions de misère extrême et sont fréquemment soumis à des abus physiques ou psychologiques équivalant à des traitements inhumains et dégradants.
Certes, tous les daaras n'ont pas recours à l'exploitation et aux abus. De nombreux maîtres coraniques respectent les droits des enfants dont ils ont la charge. Mais beaucoup d'autres font fonctionner leurs écoles comme des entreprises, sous prétexte d'enseigner le Coran.
Durant la période d’avril à juin, Human Rights Watch a observé des centaines de talibés vivant dans des daaras sordides et mendiant au vu et au su de tous dans les villes de Dakar et de Saint-Louis. Les enfants – qui pour bon nombre d’entre eux n'avaient pas de chaussures, étaient couverts de saleté, portaient des vêtements en lambeaux, souffraient d'infections cutanées et semblaient aussi souffrir de malnutrition – mendiaient souvent devant les policiers ou les gendarmes, près des immeubles du gouvernement et sur des routes très fréquentées.
Lancé en juin 2016 à Dakar, le programme du gouvernement visant à lutter contre la mendicité forcée des enfants et connu sous le nom de « retrait des enfants de la rue » a rencontré un certain succès. Entre juin 2016 et mars 2017, 1 547 enfants ont été retirés des rues de Dakar et plusieurs centaines d'entre eux ont pu rejoindre leurs familles.
Mais au final, plus de 1 000 enfants identifiés comme talibés ont été renvoyés auprès de leurs maîtres coraniques, ceux-là mêmes qui au départ les avaient forcés à mendier. Le gouvernement n'a formellement ouvert aucune enquête sur les maîtres impliqués, personne n'a été arrêté et aucune inspection officielle n'a été effectuée pour déterminer les conditions de vie dans les daaras.
« L’État n’est jamais allé voir si l’enfant a été placé dans un bon daara ou non », a expliqué l’Imam Elimane Diagne, président du Collectif pour la modernisation des daaras. « Dans ces daaras, il n’y a pas de bonnes conditions… Les enfants dorment à même le sol. Il y a des maladies comme la gale… Parfois, ce sont des daaras sans eau ou robinet… Et au-delà de tout ça, l’enfant continue à mendier. »
Des responsables du programme ont indiqué en mai à Human Rights Watch qu'ils avaient pris la décision d'arrêter de renvoyer les enfants talibés dans leurs daaras, mais il est difficile de dire si cette mesure résulte de l’application d’un protocole particulier. Les responsables ont ajouté qu’encore récemment – en avril – des enfants avaient été renvoyés dans des daaras.
Pendant le premier mois du programme, les activistes et les travailleurs humanitaires ont observé une baisse spectaculaire de la mendicité des enfants. Mais l'absence d'enquêtes et de poursuites contre les maîtres abusifs a entraîné un retour au statu quo.
Pendant la première année de mise en œuvre du nouveau programme, Human Rights Watch a également documenté la mort de deux talibés suite à des abus dans des écoles coraniques ; cinq cas d'abus sexuels ou de tentatives d'abus sexuels par des maîtres coraniques ou leurs assistants ; et 28 cas de talibés battus, enchaînés ou emprisonnés dans des daaras. Ces abus ont eu lieu à Dakar et dans quatre autres régions du Sénégal.
Le gouvernement devrait veiller à ce qu'aucun enfant ramassé pendant qu'il mendiait ne soit renvoyé dans une école coranique qui a violé ses droits en le forçant à mendier ou en lui faisant subir d'autres abus, ont déclaré Human Rights Watch et la PPDH. Les ministères de la Famille, de la Justice et de l'Intérieur devraient coordonner leurs efforts pour faciliter les enquêtes et les poursuites contre les maîtres coraniques qui exploitent les enfants ou abusent d'eux. Tous les enfants qui vivent dans des daaras abusifs devraient en être immédiatement retirés et renvoyés dans leur famille, ou placés dans des structures alternatives de garde appropriées.
« Nous ne pouvons plus attendre demain pour mettre fin à l'exploitation et la maltraitance des talibés, enfants issus des couches les plus vulnérables de nos populations », a déclaré Mamadou Wane, président de la PPDH. « C'est maintenant qu'il faut arrêter cette violation massive et à ciel ouvert des droits de l'enfant au Sénégal. Nous sommes tous responsables. Nous avons tous l'obligation d'agir collectivement, avec l’État en première ligne. »
Lauren Seibert/Human Rights Watch/hrw.org

LE PILLAGE DES EAUX SENEGALAISES

Pour en finir avec le pillage des eaux africaines

5123209_3_7adb_des-navires-chinois-dans-le-port-de-conakry-en_9abd4117abddeaa14bedcafb8c393173.jpg

Des navires chinois dans le port de Conakry, en Guinée, le 11 avril 2017. Lors d’une inspection, les autorités ont notamment découvert une carcasse de grand requin-marteau, une espèce protégée.
La pêche est une source d’emplois, d’alimentation et de revenus pour des millions de citoyens africains. Hélas, les riches eaux côtières de l’Afrique sont pillées depuis des années par des flottes étrangères, pratiquant souvent la pêche illégale. D’après Kofi Annan, président de l’Africa Progress Panel, « le pillage des ressources naturelles correspond à un vol organisé » dont les coûts sociaux et économiques sont considérables.
La pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) représente un vol de revenus comparable à l’évasion fiscale, tandis que la surpêche, légale mais irraisonnée, réduit les stocks de poisson, fait du tort à la pêche locale et nuit à l’environnement marin. Ce phénomène détruit des communautés de pêcheurs en les empêchant de prélever, de transformer et de commercialiser le poisson.
Grands chalutiers contre petits bateaux
Le rapport 2014 de l’Africa Progress Panel, « Agriculture, pêche et capitaux : comment financer les révolutions verte et bleue de l’Afrique », révèle qu’un grand chalutier peut pêcher jusqu’à 250 tonnes de poisson en une seule journée, soit autant que 50 petits bateaux de pêche artisanale en un an. Le rapport souligne également que la pêche INN coûte à la seule région d’Afrique de l’Ouest 1,3 milliard de dollars par an (environ 1,2 milliard d’euros).
Pour que les pays africains puissent profiter pleinement du potentiel de leurs ressources halieutiques, il convient de mettre un terme à la pêche INN. Selon un rapport récent de l’Overseas Development Institute, 300 000 nouveaux emplois pourraient être créés si l’Afrique de l’Ouest investissait davantage dans le secteur de la pêche.
La surpêche et la pêche INN nuisent aux communautés africaines, mais aussi à l’économie mondiale. Il est donc essentiel de mener une action internationale concertée pour lutter contre ces méthodes. Les gouvernements, les entreprises et la société civile doivent s’unir pour agir ensemble.
L’Africa Progress Panel ne cesse de souligner la nécessité de la transparence afin d’améliorer la gestion des ressources naturelles en Afrique et ainsi le partage des richesses avec le plus grand nombre de citoyens. Le secteur de la pêche ne fait pas exception à la règle. De nombreux experts s’accordent à dire que, pour protéger et gérer plus efficacement ce secteur, il est nécessaire d’améliorer la transparence et la participation des citoyens.
Heureusement, les questions relatives à la pêche durable et à la préservation du milieu marin figurent pour la première fois dans les priorités politiques mondiales. Deux nouvelles mesures internationales – si elles sont effectivement appliquées – devraient contribuer à mettre rapidement un terme au pillage de certaines des plus importantes ressources halieutiques de l’Afrique : l’Accord de 2009 relatif aux mesures du ressort de l’État du port, un traité international visant à combattre la pêche INN, et l’initiative mondiale Fisheries Transparency Initiative (FITI).
Le début d’une nouvelle ère
L’adoption du standard international de la FITI, fin avril à Bali, marque le début d’une nouvelle ère en matière de transparence dans le secteur de la pêche. Cette norme constitue le premier accord international volontaire concernant les types de transparence et de participation à adopter pour permettre une gestion raisonnable des ressources halieutiques. Il s’agit aussi du premier document qui définit des normes mondiales en matière de transparence dans ce secteur.
Selon Peter Eigen, membre de l’Africa Progress Panel et fondateur de la FITI, « il arrive encore trop souvent que même des informations de base concernant le secteur de la pêche ne soient pas rendues publiques. Le standard de la FITI arrive à point nommé, car nous devons tous collaborer pour préserver et utiliser durablement nos océans, nos mers et nos ressources marines. Cette norme définit clairement les exigences auxquelles les pays devront satisfaire en matière de transparence et de participation multipartite dans le secteur de la pêche ».
À ce jour, cinq pays se sont engagés à mettre en œuvre le standard FITI : la Guinée, l’Indonésie, la Mauritanie, le Sénégal et les Seychelles. L’Africa Progress Panel appelle tous les pays côtiers et insulaires d’Afrique à participer à l’initiative. Nous encourageons également tous les groupes de la société civile à utiliser la nouvelle plateforme du standard de la FITI pour réclamer des améliorations en matière de gouvernance dans le secteur de la pêche et pour inciter les gouvernements à agir.
Les Africains, qui sont les véritables propriétaires des ressources halieutiques de l’Afrique, ont un rôle essentiel à jouer dans la transformation de leur continent. Une participation active des citoyens est primordiale pour changer le système. Ils doivent agir pour faire respecter l’intérêt national. Kofi Annan l’a dit et répété : « Si les dirigeants échouent, le peuple prendra la relève et les obligera à suivre le mouvement.
Max Bankole Jarrett est directeur de l’Africa Progress Panel, une fondation qui œuvre en faveur d’un développement équitable et durable de l’Afrique.
Max Bankole Jarrett
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/05/05/pour-en-...

09/07/2017

36 MILLIARDS DE LA BANQUE MONDIALE

La Banque mondiale octroie plus de 36 milliards de FCfa au Sénégal

1ae58b38a84ea2e0deb24649f471e5c3_XL.jpg

Le 30 juin dernier, la Banque mondiale a approuvé un crédit de 54,9 millions d’euros (60 millions de dollars), soit plus de 36 milliards de FCfa au Sénégal pour améliorer la gouvernance et la gestion du secteur énergétique, indique un communiqué de l’institution financière. Cette opération soutiendra aussi la réforme des institutions et des politiques publiques de production d’électricité. Elle devra « réduire la vulnérabilité chronique du secteur aux chocs des prix pétroliers et, à terme, abaisser sensiblement les coûts de production d’électricité ». Elle devrait également réduire l’intensité des émissions de carbone liées à cette activité. En zone rurale, précise la source, « cette opération a pour objectif de promouvoir l’accès des populations locales à l’électricité en déployant des services modernes, à des tarifs plus abordables, dans les régions encore insuffisamment desservies ».
« Cette opération d’appui aux politiques de développement est la première d’une série de trois initiatives destinées à promouvoir les réformes structurelles dans plusieurs secteurs. Elle porte sur la réforme des secteurs de l’énergie et des Tic, domaines prioritaires du Plan Sénégal émergent (Pse) pour stimuler la compétitivité et favoriser une croissance inclusive au Sénégal », indique le communiqué. Cette enveloppe servira également à renforcer le cadre juridique du secteur des technologies de l’information et de la communication en vue de « promouvoir la concurrence, de stimuler l’investissement dans ce secteur et d’améliorer l’accès à ces technologies », rapporte la même source. L’appui de la Banque mondiale à la réforme du secteur des Tic permettra de faciliter la mission des fournisseurs de services Internet et l’accès des usagers. En outre, précise le communiqué, ce premier appui budgétaire aidera le gouvernement sénégalais et les acteurs des secteurs concernés à éliminer les obstacles à l’investissement et à promouvoir la concurrence sur le marché de l’Internet à haut débit, dans tous les segments de l’infrastructure à large bande (accès, réseau et connectivité internationale). Cette série d’opérations s’efforcera de promouvoir un accès plus large aux services de Tic en appliquant efficacement la politique d’accès universel.
« Dans ces deux secteurs, l’objectif est d’accroître l’offre et de réduire les coûts afin d’améliorer l’accès de toute la population à ces services par des réformes d’envergure visant à éliminer les principaux obstacles institutionnels et administratifs », a déclaré Louise Cord, directrice des opérations de la Banque mondiale au Sénégal. « Dans le secteur énergétique, cette série d’opérations aidera le Sénégal à résoudre les difficultés qui affectent, depuis longtemps, la gestion de la Senelec et à moderniser la règlementation et les mécanismes financiers du secteur afin d’améliorer la qualité du service public d’électricité et sa soutenabilité financière », a expliqué Paolo Zacchia, économiste principal pour le Sénégal.
Mamadou SY/lesoleil.sn

08/07/2017

DES PIROGUES MODERNES POUR LE SALOUM

Désenclavement des îles du Sine-Saloum: des pirogues modernes bientôt disponibles

15474542-20762423.jpg

Des pirogues modernes adaptées au transport des personnes et des biens seront bientôt mises à la disposition des insulaires du Sine-Saloum. C’est dans le cadre du projet de désenclavement des îles initié par l’Agence Nationale des Affaires Maritimes (ANAM). Près de cinquante (50) îles sont concernées.
En marge d’un comité régional sur l’identification des liaisons tenu à Fatick, le Directeur de l’ANAM a informé que des pirogues modernes seront mises en circulation dans les îles pour améliorer les conditions de transport des personnes et des biens.
Selon Maguèye Guèye, « ces pirogues seront construits avec l’ensemble des équipement nécessaires pour recevoir les passagers et les mettre dans les conditions de transports requises par rapport au confort ».
Toutefois, le Directeur a tenu à rassurer qu’« elles vont respecter les normes de sécurité pour éviter les drames comme celui qui a eu lieu à Bettenty ».
S’agissant de la capacité de ces pirogues, Maguèye Guèye de préciser que « les nombres de passagers seront adoptés par rapport au besoin de chaque liaison. Il y en aura qui feront accueilleront cinquante (50) passagers, d’autres pourront aller jusqu’à 100 ».
A cette occasion, l'ANAM a présenté son projet de désenclavement interne qui concerne plus de cinquante (50) îles.
« On a identifié trois (3) pôles qui seront reliés avec cinq (5) points terrestres qui sont Djifer, Nangane, Foudiougne, Sokone, Toubacouta. Cinquante (50) îles sont concernées pour pouvoir desservir, de faire les collections entre les pôles pour pouvoir assurer le nécessaire pour le déplacement des personnes et des biens », ajoute Maguèye Guèye.
Aminata Diouf/pressafrik.com

MACRON ET LE FCFA

Emmanuel Macron : « Si on n’est pas heureux dans le FCFA, on le quitte, on crée sa monnaie… ou on la ferme »

macron-00015-696x462.jpg

Le week-end dernier à Bamako au Mali s’est déroulé Sommet du G5 Sahel. Emmanuel Macron, le président de la Français était l’invité d’honneur du sommet. Celui-ci a piqué une crise de colère à l’encontre des dirigeants africains de la zone Franc qui menacent de quitter le FCFA. Pour Macron, si on ne sent pas heureux avec le FCFA, on la quitte et on crée sa propre monnaie. Il demande également à ceux qui souhaitent rester de ne pas tenir déclarations démagogiques.
Ces derniers jours, certains chefs d’Etats de la zone FCFA, perçoivent cette monnaie comme le « mal absolu ». Plusieurs campagnes et déclarations plaident pour la sortie du FCFA. Face à ces déclarations, le président de la République de France a réagi et ce, avec colère.
A Bamako, lors du Sommet du G5 sahel, Emmanuel Macron a tenu à s’exprimé concernant les pays africains qui menacent de quitter la zone FCFA. «Si on se sent pas heureux dans la zone franc, on la quitte et on crée sa propre monnaie comme l’ont fait la Mauritanie et le Madagascar», a-t-il déclaré. Selon lui, au lieu de passer le temps à alimenter des polémiques inutiles autour du Franc CFA, les leaders des pays africains de la zone Franc gagneraient plutôt à poser des actes.
Le président Macron s’est également adressé à ceux qui souhaitent ne pas sortir du FCFA. « Si on y reste, il faut arrêter les déclarations démagogiques, faisant du FCFA le bouc émissaire de vos échecs politiques et économiques, et de la France la source de vos problèmes », ajoute M. Macron.
Pour rappel, lors d’un entretien accordé au journal Jeune Afrique peu avant le premier tour des élections présidentielles en France, Macron avait déjà dévoilé sa position face aux pays qui souhaitent sortir de FCFA. « C’est un choix qui appartient d’abord aux africains eux-mêmes. Je note avec raison que les gouvernements africains restent, avec raison attachés aux deux espaces monétaires (Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale) qui constituent la zone Franc CFA et qui contribue à la stabilité économique et à l’intégration régionale », avait déclaré le néo président de la France.
imatin/senedirect.net

07/07/2017

LES SIGNES FORTS DU TOURISME...

Le Sénégal montre des "signaux forts" dans le secteur touristique (économiste)

arton167320.jpg

Milasoa Cherel Robson, économiste à la section Afrique de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), a affirmé, mercredi à Dakar, que le Sénégal montre des "signaux forts" quant à l’importance qu’il donne au secteur touristique.
’’Il y a une compréhension des enjeux en termes de créations d’emplois pour les jeunes, pour les femmes et en termes d’entreprenariat dans ce pays’’, a-t-elle en présentant le rapport 2017 de la CNUCED qui a cette année pour thème : "Le tourisme pour la transformation et la croissance inclusive".
Pour elle, le secteur touristique reste très prometteur au Sénégal, étant donné la situation du pays en Afrique de l’Ouest. Ce secteur peut, d’après Mme Robson, "catalyser et cristalliser tous les efforts consentis".
Elle estime que "la catalysation" du secteur permettra de "rendre les ambitions encore plus conséquentes" afin d’atteindre les objectifs de manière plus rapide.
’’Il faut être plus ambitieux, la compétitivité reste la clé dans ce domaine, car le secteur touristique est un bien de consommation’’, a-t-elle pouruivi.
D’après elle, il est nécessaire de renforcer les liens intersectoriels pour favoriser la transformation du secteur touristique.
Le renforcement des liens intersectoriels devra se faire notamment dans l’approvisionnement en produits agricoles, dans le domaine du tourisme médical et culturel.
’’En créant des liens solides entre les secteurs du tourisme, de l’agriculture et de l’infrastructure, l’écotourisme, le segment médical et le marché touristique peuvent favoriser la diversification vers des activités à plus fortes valeur ajoutée’’, a ajouté l’économiste.
Elle a toutefois souligné la nécessité de développer l’expertise au sein des entrepreneurs nationaux, pour mieux assurer la croissance dans ce secteur.
AMN/ASG/APS

LE PONT DE ROSSO

Coopération Sénégal/Mauritanie : Le pont de Rosso sera réalisé en Janvier 2018 pour un financement de 57 milliards Cfa avec un délai d’exécution de 40 mois sur le grand bras du fleuve Sénégal

15456507-20753917.jpg

Les représentants des populations riveraines de Rosso-Sénégal et de Rosso-Mauritanie, qui ont assisté à la dernière réunion du comité régional de développement (Crd) portant essentiellement sur la construction du pont de Rosso, ont poussé un grand «Ouf» de soulagement lorsqu’ils ont entendu le gouverneur Alioune Aïdara Niang annoncer le démarrage des travaux.En effet, selon le Gouverneur de la region, ce projet sera mis en œuvre à partir du mois de janvier 2018 pour un coût global de 57 milliards Cfa.
Il a rappelé que la réalisation de cet ouvrage, sera financée par la Banque africaine de développement (BAD) qui s’est engagée à décaisser 26 milliards Cfa, la Banque européenne d’investissement (BEI) qui contribuera à hauteur de 14 milliards Cfa, l’Union Européenne pour une subvention de 13 milliards Cfa.
Le financement assuré par la BAD et la BEI, sera sous forme de prêt, tandis que celui qui sera mis en place par l’UE, sera sous forme de don aux deux pays bénéficiaires, notamment le Sénégal et la Mauritanie.
S’adressant à la presse à l’issue de cette réunion et en présence du directeur régional de l’AGEROUTE, Mor Guèye Gaye, du coordinateur du projet Cheikh Tidiane Thiam, le gouverneur Alioune Aïdara Niang a souligné que ce pont aura une durée de vie de 100 ans, un linéaire de 1461 mètres, deux chaussées, une piste cyclable, une largeur de 3,60 mètres, des trottoirs et un tirant d’eau.
Il sera réalisé dans un délai de 40 mois sur le grand bras du fleuve Sénégal. A en croire le Gouverneur de la région de Saint-Louis, il est prévu de mettre en place, après le scrutin législatif, une commission régionale chargée de recenser les populations qui occupent les emprises de ce projet. Ces dernières bénéficieront d’indemnités si les responsables de ce projet estiment qu’il est nécessaire de les déguerpir.
dakaractu.com

05/07/2017

LES PROGRES ROUTIERS

1362 km de routes, 36 km d’autoroutes, 7,2 km de ponts et 2117 Km de pistes réalisées entre 2012 et 2016

15401892-20726840.jpg

Entre 2012 et 2016, en matière d’infrastructures, 1362 km de routes ont été réalisés pour un montant de 492,5 milliards, 36 km d’autoroutes pour 188 milliards, 7,2 km de ponts (12 ponts) pour 12 milliards et 2117 Km de pistes pour 18,6 milliards (compte non tenu des pistes réalisées par le PUDC, le PAPIL, le PNDL et le PPDC).
C’est ce que contient un document officiel qu’a consulté Leral.net.
L’année 2016 a aussi été une année d’inauguration avec l’autoroute à péage Diamniadio-AIBD-SINDIA (35 km), l’échangeur de l’Emergence, la troisième section de la Voie de Dégagement Nord, la Route des Grandes Niayes entre Rufisque-BayakhNotto-Diogo-Lompoul.
Sans publier les projets récemment achevés ou en cours notamment: • la route Keur Waly Ndiaye-Passy-Sokone, le pont de Kédougou, le tronçon Tamba-Dialocoto, l’axe Touba-Dahra et la route Dinguiraye-Nioro- Keur Ayib à la frontière avec la Gambie.
On peut noter aussi la réalisation de la VDN II CICES Golf ; • les ponts de Foundiougne et de la transgambienne. D’ailleurs, le tronçon Fatick-Kaolack sera livré avant la fin du premier semestre 2017.
L’Etat a également pris toutes les dispositions pour le démarrage • de la route Sédhiou-Marsassoum (Boucle du Boudier), Kédougou-Salémata, • de la dorsale de l’île à Morphile, Dabo-Médina-YoroFoulah, Bambey-Baba Garage (projets pour lesquels les financements sont bouclés).
Il est aussi question de la réhabilitation de la Nationale 2, entre NdioumOurossogui-Bakel ; • de la Nationale 1 entre Tambacounda et Bakel et de la Nationale 7, entre Dialocoto et Mako.
Par ailleurs, les travaux autoroutiers Diamniadio-Thiès et Ila Touba se poursuivent dans de bonnes conditions et permettront de construire 186 km d’autoroutes entre 2012 et 2019.
Les études sont aussi en cours pour d’autres projets autoroutiers d’envergure, à savoir : Mbour – Fatick – Kaolack (120 km) et la côtière Dakar - Saint-Louis.
Massène DIOP Leral.net

04/07/2017

COOL LE TOURISME

Tourisme et Sécurité: le Sénégal, une Destination Touristique sure

senegal.png

L’une des conditions majeures qui rend possible la genèse et l’essor du tourisme dans une zone donnée est la sécurité. Elle intervient dans toutes les phases de la consommation du produit touristique de façon efficace et indirecte. Elle n’est pas négligeable car elle est fondamentale dans la cohésion sociale. Sans la sécurité, aucune offre touristique n’est consommable et aucune destination touristique n'est fréquentable. Elle est en amont et en aval du séjour du touriste.
La charge de la sécurité est garantie par un ensemble de corps qui jouit d'un pouvoir régalien de l’Etat appelé Forces de Sécurité et de Défense. Il s'agit des corps militaires, paramilitaires, policiers et douaniers. Ils concourent tous à assurer la sécurité des personnes et la stabilité du Senegal pour en faire une Destination Touristique sure.
Les forces de sécurité constituent le premier front office pour le touriste dès son arrivée à l’aéroport. A travers elles, le touriste donne ses premières impressions sur le peuple d'accueil. Il remplit ses formalités policières et douanières avant d’être en contact avec la population.
L’accueil, le contrôle, la disponibilité, l’orientation et l’information réservés au vacancier par ces entités souveraines de l’Etat marquent un point essentiel dans son séjour.
Cette phase est importante car le touriste ayant effectué plusieurs heures de vol, a envie de rejoindre son hôtel pour aller se reposer en attendant d’entamer son programme. C’est pourquoi, les longues files d’attente à l’aéroport doivent être évitées et les tapis roulants modernisés et classés par provenance pour éviter les pertes de bagages et de temps.
Heureusement, ces aspects sont pris en compte par l’Aéroport International Blaise Diagne pour répondre aux normes standards de sécurité à l’instar des grands aéroports internationaux de l’occident et de l’orient.
Aujourd’hui, le dispositif des unités spéciales mis sur place pour lutter contre le phénomène du terrorisme doit être plus élargi et présent sur tous les lieux touristiques et de loisirs. Il sécurise l’hôte à passer ses vacances dans la tranquillité et dans le dépaysement total au Senegal.
En dehors des grandes chaînes hôtelières, ce corps d’élite doit étendre aussi ses tentacules dans les structures de la parahôtellerie (campements, auberges, casinos etc.) pour mieux consolider la sécurité et la stabilité devenues une réalité au Sénégal.
Grace aux compétences et au professionnalisme des forces de sécurité, le Sénégal est devenu l’un des Etats le plus sécurisé au monde malgré les insuffisances de leurs moyens humains, budgétaires, financiers et matériels. Mais, ce climat paisible favorise la relance du tourisme durable.
Dans ce sillage, les structures d’hébergement (hôtellerie, parahôtellerie voire villas, résidences ou appartements meublés) ont un rôle à jouer dans cette pérennisation de la sécurité. Ces établissements privés à caractère commercial doivent remplir obligatoirement et déposer quotidiennement les fiches de police des clients ayant séjourné chez eux.
L’exploitation de ces renseignements sur ces derniers facilite aux forces de sécurité leur travail et leur anticipation sur d’éventuelles menaces d’insécurité.
C’est ainsi que la mission de la Direction de la Réglementation et de la législation touristiques et les Inspections Régionales du tourisme doit être plus rigoureuse pour lutter contre la clandestinité dans tous les activités afférentes au tourisme.
En outre, le contrôle des brigades routières sur toutes les routes nationales et dans les villes fortifie la sécurité touristique. Elles veillent sur la régularité administrative et technique des véhicules et conducteurs qui transportent les visiteurs.
Mais cette vérification doit être flexible s’il ne s’agit pas d’un délit ou crime puni par le code pénal pour éviter des retards de vols, de chaloupes, de bacs ou de visites des sites car tous les déplacements des touristes sont planifiés et calés dans le temps.
De ce fait, les forces de sécurité doivent amoindrir les risques d’immobilisation des véhicules touristiques. Cette souplesse contribue fortement à la satisfaction générale des touristes vis-à-vis de leur séjour au Pays de la Téranga.
L’autre aspect de la sécurité où interviennent les forces de sécurité est la protection de l’environnement sans lequel le tourisme disparaîtrait. La nature étant la première matière première du tourisme constitue un fort motif de déplacement du touriste.
Les gardes forestiers ou les agents des eaux et forêts surveillent et veillent sur la sauvegarde de la flore et la sécurité de la faune sans lesquelles le tourisme durable ne peut prospérer dans un site Eco touristique. En plus, ils réglementent le tourisme cynégétique et le tourisme halieutique en luttant contre les braconniers, les trafiquants de bois et la pêche sportive illicite avec la direction générale de la surveillance de la pêche.
Un autre corps intervenant dans la sécurité du tourisme est le service hygiène. Bien qu’il effectue un excellent travail dans la consommation des produits touristiques, son personnel doit être encore plus attentif sur la salubrité des entreprises et hôtelières qui offrent des services touristiques et de loisirs.
Cette attention prêtée sur le milieu, le matériel, la matière, la méthode et la main d’œuvre améliore la qualité de service fournie au client. Le respect de la propreté et de l’hygiène motive le touriste à aimer et à revenir au Pays de la Téranga. Ce contrôle qualitatif préventif ou correctif aide les entreprises touristiques sénégalaises à remplir les normes de qualification au système ISO.
Par ailleurs, la mission de la police touristique est salutaire car dédiée spécialement au tourisme. Elle a beaucoup contribué à l’assainissement du secteur contre certaines occupations anarchiques et certaines pratiques illicites des métiers du tourisme.
Cependant, il lui reste beaucoup de choses à parfaire pour lutter contre la clandestinité dans le transport, hébergement, la mendicité et le harcèlement des marchands ambulants à l’encontre des touristes.
Avec, l’arrivée de nouveaux Agents de Sécurité Touristiques (AST), le tourisme sénégalais va se dynamiser. Les agents affectés au ministère du tourisme et des transports aériens vont renforcer le potentiel humain existant en attendant de recevoir les moyens adéquats. Leur travail doit répondre aux attentes des professionnels et des touristes qui se plaignent de certaines irrégularités dans le secteur.
Par conséquent, ces agents doivent privilégier la sécurité des visiteurs et rétablir l’ordre à l’aéroport, dans les marchés artisanaux et les lieux touristiques. Ces AST doivent veiller contre la délinquance juvénile et la déscolarisation des enfants dans les régions touristiques.
En réalité, les forces de sécurité participent intégralement dans la toute chaine de la consommation touristique. Cette coopération entre les secteurs de la sécurité et du tourisme nécessite une large synergie de leurs forces à travers des formations, des séminaires et des conférences pour mieux sécuriser et sauvegarder le patrimoine touristique de la Destination Sénégal.
Pap.TOURE/Manager des Entreprises et Projets Touristiques/pressafrik.com

AINSI VOUS ETES AU COURANT

Le Sénégal est passé de "900 heures de coupure en 2011, à 85 heures en 2014, 76 heures pour 2015 et 66 heures pour 2016"

15335778-20697614.jpg

A côté de la révolution solaire avec l’inauguration des centrales solaire de Bokhol, Malicounda et Sinthiou Mékhé, force est aussi de constater que le Sénégal a fait un grand en avant en ce qui concerne les délestages, d’autant que le pays est passé de 900 heures de coupure d’électricité en 2011, à seulement 66 heures pour 2016.
Pour être plus statistique, le Sénégal pays est passé de « 900 heures de coupure d’électricité en 2011, à 85 heures en 2014, 76 heures pour 2015 et seulement 66 heures pour 2016 ». C'est qui est ressorti du document de l’évaluation des performances sectorielles globales dans le rapport des Conseils de ministres décentralisés 2017 consulté par leral.net
Ce redressement du secteur s’est traduit notamment par une baisse des prix de l’électricité de 10 à 15% pour près de 860 000 clients de la SENELEC.
De 573 MW en 2011-2012, la puissance totale du parc énergétique a aujourd’hui atteint une puissance de 821 MW, avec l’objectif d’atteindre 1 264 MW en 2019, avec le développement d’un mix énergétique qui permettra de baisser davantage les coûts.
Dans le domaine des énergies renouvelables, plus de 100 MW d’énergie solaire seront injectés dans le réseau avec les centrales de Méouane, Mérina Dakhar, Kahone et Diass. Le Programme Scaling Solar permettra la mise en service de 100 MW en 2018.
1 648 villages électrifiés en fin 2015
En matière d’électrification rurale, 1 648 villages ont été électrifiés en fin 2015 et le nombre de villages programmés d’ici à fin 2017, avoisine les 3 000 avec des financements de l’ordre de 159 milliards déjà mobilisés par l’Etat (43 milliards pour le PUDC et 116 milliards pour l’Agence Sénégalaise d’Electrification Rurale dans le cadre du PNUER).
La population ayant accès à l’électricité en milieu rural est passée de 1 700 000 à 2 160 000 personnes. Ainsi, le taux d’électrification rurale est passé de 24 % en 2012 à 31,5% en 2016. L’objectif demeure l’accès universel à l’électricité d’ici à 2025.
La SAR couvre de près de 50% des besoins du Sénégal en produits pétrolier
Enfin, la Société Africaine de Raffinage (SAR), en restructuration, a recouvré ses capitaux propres et vient de franchir la barre symbolique de 1.000.000 tonnes de production annuelle, avec une couverture de près de 50% des besoins du pays en produits pétroliers.
Massène DIOP Leral.net

01/07/2017

LE BUDGET DU SENEGAL

Le budget du Sénégal va atteindre 3720,25 milliards de francs Cfa

cfa1.jpg

L’annonce a été faite, hier, lors du débat d’orientation budgétaire 2017 à l’Assemblée nationale par le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan. Selon Amadou Ba, la mobilisation de cette manne financière repose sur la base d’une politique fiscale, qui sera axée sur le renforcement des acquis du nouveau Code des impôts.
Au total, les recettes du budget 2016 ont connu une hausse de 15%, passant de 2026,1 milliards en 2015 à 2334,6 milliards, essentiellement imputable à l’augmentation significative des recettes budgétaires (+15,23%).
« En 2016, 58 conventions de financement ont été signées, portant ainsi le nombre de conventions signées depuis la tenue du Groupe consultatif de Paris à 198 pour un montant mobilisé de 3 486 milliards, dont 89,7% sous forme d’emprunts concessionnels et 10,3% à titre de subvention.
Globalement, les dépenses sont ressorties à 2704 milliards en fin 2016 contre 2411,5 milliard en 2015, soit un accroissement de 12%. La pauvreté a baissé », a soutenu M. Ba.
Au 31 mai 2017, les ressources budgétaires ont été recouvrées à hauteur de 1074,13 milliards, 767,9 milliards de recettes internes et 304,23 milliards de ressources extérieures destinées au financement des projets et programmes d'investissement publics. Soit 70% des prévisions de tirage sur l’année 2017 effectués en 5 mois.
Ce qui lui fait dire que le dynamisme de l’économie sénégalaise devrait se consolider avec un taux de croissement du Produit intérieur brut (PIB) réel projeté à 7% contre 6,8% en 2017.
« Sans pétrole et sans gaz, nous atteindront en 2018, un taux de croissance de 7%»
«Nous projetons une croissance de 7% en 2018. Beaucoup n’y croyaient pas. Aujourd’hui, force est de constater que le Plan, la vision sont totalement exécutés. Nous n’avons pas encore intégré les revenus du pétrole et du gaz dans ses performances.
Donc, sans pétrole, sans gaz le Sénégal atteindra une croissance au moins de 7%. Car, les ressources provenant du pétrole et du gaz sont attendus en 2021 », se réjouit le ministre non sans annoncer qu’en 2018, le déficit budgétaire devrait être réduit à 3%, après 3,7% en 2017.
Poursuivant, il renseigne que les ressources et charges budgétaires sur la période 2018-2020 à 11 614,24 milliards. Concernant la dette publique, Amadou Ba informe qu’elle passera de 6 302,8 milliards en 2018, 6580,5 milliards francs Cfa en 2019 et 6792,3 milliards en 2020.
« Notre endettement qui était à 60% du PIB est aujourd’hui, à 40%. La répartition annuelle des investissements publics programmés sur la période 2018-2020 se présentera comme suit : 1345 milliards de francs CFA pour 2018, soit une augmentation de 120 milliards par rapport à 2017, 1490,9 milliards pour 2019 et 1652,3 milliards », détaille le ministre.
« Le Sénégal ne peut pas donner ou produire des statistiques fabriquées »
Pour le recrutement dans la Fonction publique, les prévisions se chiffrent à 13 130, 12 203 et 6 500 respectivement en 2018, 2019 et 2020. D’après le ministre des Finances, tous ces chiffres donnés sont authentiques, car le Sénégal est un pays qui est sur les marchés internationaux.
« Donc, il ne peut produire ou donner des statistiques fabriquées ». Dans le même ordre d’idées, Amadou Ba affirme que l’ambition du Sénégal est d’adhérer, dès cette année, à la norme spéciale de diffusion des données statistiques du Fonds monétaire.
Aliou Diouf (Libération)/leral.net

30/06/2017

LE SOLAIRE S'INSTALLE

le Sénégal inaugure sa troisième centrale solaire en moins d'un an

10518419-17274612.jpg

Le président sénégalais Macky Sall a procédé jeudi à l'inauguration de la troisième centrale solaire photovoltaïque du pays, d'une capacité de 30 Mégawatts (Mw), à Méouane, dans la région de Thiès (centre-est), a constaté Xinhua.
Après l'inauguration en octobre dernier de la centrale solaire de Bokhol, dans la région de Saint-Louis, et en novembre de celle de Malicounda, dans le département de Mbour, le Sénégal a maintenant une troisième centrale fonctionnelle.
D'un coût de 27 milliards de francs CFA, la centrale de Santhiou Mékhé fournira 30 Mw d'électricité pour la consommation de 200.000 ménages.
Selon Macky Sall, cette initiative de recourir à l'énergie solaire traduit la volonté de son gouvernement de "promouvoir les énergies propres et renouvelables", conformément aux engagements du Sénégal envers la COP21 de Paris et la COP22 de Marrakech.
"La réalisation de cette centrale s'inscrit dans notre marche résolue vers la résorption définitive du déficit de production d'énergie. Dès à présent, nous allons dépasser les 20% d'énergies solaires auxquels nous avons souscrits dans le Plan Sénégal émergent. Il faut d'abord un mix énergétique pour sortir de la tyrannie du pétrole", a affirmé Macky Sall.
Selon le président sénégalais, la réalisation de cette politique a été possible grâce à la "combinaison intelligente" des énergies nouvelles telles que l'énergie solaire, mais aussi le gaz et l'hydroélectricité, à travers des organismes tels que l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) et l'Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie (OMVG).
"Ceci fera du Sénégal un pays exportateur d'énergies, dont le coût doit nécessairement baisser, entraînant plus de compétitivité de l'économie et de pouvoir d'achat des populations", a-t-il déclaré, soulignant que "le Sénégal est resté leader en Afrique de l'Ouest dans la promotion de l'énergie solaire".
Macky Sall a également annoncé la construction "très prochainement" de huit autres centrales solaires à travers le pays, précisant que la centrale solaire de Kaoune (centre, région de Kaolack) serait achevée au mois d'août prochain et celle de Médina Ndakhar (région de Thiès) en octobre.
Vivienne/china.org