25/04/2013

Le tour revient au Sénégal

Le tour du Sénégal revient en décembre

tour_senegal2006_RFI432.jpg

Après deux années d’interruption, le Tour cycliste du Sénégal devrait reprendre cette année. L’information est de Laurent Bezault, ancien cycliste international champion de France de la course contre la montre par équipes en 1988, alors qu’il était encore amateur.

« L’organisateur du Tour du Sénégal, Michel Thioub, m’a demandé de l’accompagner dans l’organisation de l’épreuve. On a déjà arrêté quelques dates puisqu’on a fixé l’épreuve du 3 au 8 décembre 2013. Ce Tour sera organisé en 6 étapes. Le cyclisme sénégalais a eu ses heures de gloire, et maintenant, il vit un peu au ralenti », a indiqué cet ancien champion qui collabore actuellement avec le Tour du Faso ainsi que celui de Côte d’Ivoire. « Je m’occupe du Tour du Faso depuis 2001 et j’y ai vu des cyclistes sénégalais compétitifs, se partager les victoires avec les autres nations africaines ; aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Donc il y a un problème quelque part ; le Tour du Sénégal n’est plus organisé et il y a moins de compétitions locales. D’où la baisse du rendement des coureurs sénégalais dès qu’ils vont aux autres Tours africains. C’est sur ces genres de situations que je souhaite travailler et réfléchir à des solutions afin que le cyclisme sénégalais retrouve sa place au plus haut niveau », a-t-il indiqué.Ainsi, son concours consistera à apporter son expérience à la fois d’ancien coureur et surtout d’organisateur, puisqu’il a travaillé un bon nombre d’années au Tour de France. « Je travaille aussi auprès de l’Uci sur le développement du cyclisme africain. Au niveau du cyclisme africain, il y a des nations qui progressent bien et vite à l’exemple du Rwanda, de l’Afrique du Sud, de l’Algérie, du Maroc, de l’Erythrée qui ont des coureurs professionnels. Et puis après il y a d’autres nations qui ont du mal à suivre le rythme », a souligné Laurent Bezault. Selon lui, cela s’explique par différentes causes comme le manque de moyens et de volonté politique. « Le cyclisme est un sport gratuit, assez ouvert et  facile à organiser, et ça emmène du public et de l’animation dans les villes », a ajouté ce consultant expert dans l’organisation des Tours.

Ayant accumulé assez de vécu en tant que professionnel pendant six années (de 1988 à 1994) avec des participations aux Tour de France (1), d’Italie (2), aux championnats du monde, aux Jeux olympiques de Séoul en 1988, Laurent Bezault a vu, par la suite, sa carrière professionnelle stoppée par un grave accident de la route. Lors d'une étape du Tour de l'Oise, un automobiliste force le passage et percute le peloton en sens inverse.

Bezault est heurté de plein fouet et se retrouve pendant plusieurs mois à l'hôpital. Il revient à la compétition un an après mais ne retrouva jamais son niveau. Après quoi, il est contacté par Jean-Marie Leblanc, directeur du Tour de France à l'époque, pour travailler à ses côtés chez Aso (société organisatrice du Tour de France) jusqu’en 2012. Avec cet homme d’expérience, le Tour cycliste du Sénégal espère repartir sur de nouvelles bases ; au bonheur des coureurs sénégalais qui piaffent d’impatience de remonter sur le vélo pour aller à la conquête des routes du pays.

C. F. KEITA