06/02/2016

EXCISION: 7 FILLETTES CHAQUE MINUTE!

Chaque minute, 7 fillettes sont victimes d'excision dans le monde

2727279.jpg

Avec un total de 200 millions de personnes concernées, l'Unicef recense 70 millions de cas en plus qu'en 2014. Une augmentation conséquente, mais qui est en partie due à la croissance démographique sur certains territoires, et à la création de statistiques sur le sujet dans certains pays qui n'étaient pas comptabilisés auparavant. C'est le cas de l'Indonésie, un pays fortement touché par l'excision, ce qui a pour effet de brusquement gonfler les statistiques globales.
Au total, 44 millions de filles de moins de 14 ans vivent avec une mutilation de leurs parties génitales. "Dans la plupart des pays", la majorité des filles sont même mutilées "avant leur 5e anniversaire", avance l'Unicef. "Les mutilations génitales peuvent varier selon les régions ou les cultures; elles mettent parfois en danger la vie des filles et des femmes. Dans tous les cas, ce sont des violations de leurs droits", rappelle Geeta Rao Gupta, directrice générale adjointe de l'Unicef.
L'agence constate des progrès, ces dernières années, dans la lutte contre l'excision féminine. Les communautés qui déclarent publiquement abandonner cette pratique se multiplient, et "les statistiques montrent également" qu'elle est "de moins en moins acceptée" par la population. "Mais ces progrès ne suffisent pas à contrecarrer les effets de la croissance démographique. Si la tendance actuelle se confirme, le nombre de filles et de femmes victimes des MGF va augmenter au cours des 15 prochaines années", prévient l'Unicef.
Selon l'association Plan International, le phénomène menace aussi la Belgique, "où plus de 4.000 filles sont considérées par les autorités comme potentiellement à risque d'être excisées", selon des chiffres du SPF Santé datant de fin 2012.
Chaque année, 3,6 millions de fillettes sont victimes d'excision dans le monde, soit près de 7 chaque minute, ajoute Madina Bocoum, coordinatrice du projet de lutte contre l'excision pour Plan au Mali. Sans une augmentation de l'aide internationale, ce chiffre pourrait atteindre 4,1 millions dans 30 ans, selon l'association. "Il est de l'intérêt de chacun d'investir des moyens humains et financiers pour éradiquer au plus vite cette pratique en Afrique pour la survie et le bien-être de millions de filles et d'adolescentes africaines, mais aussi pour la lutte en Europe. Les communautés migrantes ont emmené leurs traditions dans leurs bagages et ne sont pas conscientes que le soutien à la pratique recule chez les jeunes en Afrique", conclut Mme Bocoum.
Le Vif Weekend

24/04/2013

Espoir contre le palu

Deux jeunes Africains inventent un savon contre la malaria

Faso_soap.jpg

Les deux jeunes chercheurs africains espèrent commercialiser ce savon dans 2 à 5 ans.

Un savon naturel et bon marché pour repousser les moustiques vecteurs de la malaria : deux jeunes Africains pourraient révolutionner la situation sanitaire de l’Afrique.

Deux jeunes étudiants de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et l’environnement de Ouagadougou (Burkina Faso) vont-ils changer la face de l’Afrique? Si l’efficacité de leur invention se confirme, ce n’est pas exagéré de le penser.

Cette invention, c’est un savon – le Faso Soap – qui permet de repousser le moustique anophèle, vecteur de la redoutable malaria. Une maladie qui tue chaque année plus de 650 000 personnes, surtout des enfants en bas âge et en Afrique dans 91 % des cas, selon un rapport de l’OMSdatant de 2010.

Mais en quoi ce savon serait-il révolutionnaire alors que l’arsenal préventif contre ce moustique et son parasite mortel est déjà bien fourni? Parce que les insecticides, moustiquaires et autres répulsifs chimiques sont à la fois très (trop) coûteux pour la majorité des populations africaines et que la plupart des répulsifs sont également toxiques pour l’homme.

Au contraire, le Faso Soap est entièrement naturel, expliquent Moctar Dembele, 22 ans, et Gérard Niyondiko, 35 ans, les deux chercheurs qui, avec leur savon, sont les deux premiers non-américains à avoir remporté le concours Global Social Venture Competition. Outre une base de karité, ce savon contient une série de plantes locales (que les deux Africains gardent actuellement secrètes) et peu facilement être produit sur place. Le Faso Soap a également l’avantage de ne coûter que 0,59 dollar.

Avec ces prix de 15 000 et 25 000 dollars, les deux jeunes chercheurs espèrent pouvoir financer la suite de leurs travaux et lancer leur entreprise de fabrication de ce savon.

Déjà testé sur un échantillon de population de la capitale du Burkina Faso, il s’est montré efficace tant dans une utilisation directe sur le corps que dans son utilisation dans les lessives. Un véritable espoir pour contrer une maladie qui reste la première cause de mortalité en Afrique.

http://www.youtube.com/watch?v=HG1rjY2BxlI&feature=player_embedded

Lavenir.net