28/12/2013

125 millions de dollars de la BID

125 millions de dollars de la BID pour des projets de développement au Mali, au Sénégal et au Togo
140.jpg
La Banque islamique de développement (BID) basée à Jeddah en Arabie Saoudite, vient d’approuver un financement d’environ 125 millions de dollars pour la mise en œuvre de projets de développement au Mali, Sénégal et au Togo, a appris APA jeudi auprès de la représentation de la banque à Ouagadougou.Le Sénégal recevra 79 millions de dollars pour un projet d’assainissement au nord de Dakar.35 millions de dollars seront débloqués pour le projet d’accès à l’eau potable à Bamako au Mali ainsi que 2 millions de dollars pour la préparation d’études de faisabilité de la Transsaharienne devant relier Kidal au Mali à la frontière algérienne.
Longue d’environ 9000 km, cette importante voie routière traverse l’Algérie, la Tunisie, le Tchad, le Mali, le Niger et le Nigeria, tous pays membres de la BID.Lancée effectivement au début des années 1970, la transsaharienne, baptisée en 1973 “Route de l’Unité africaine”, avait pour objectifs essentiels le désenclavement de vastes régions sahariennes du Maghreb et du Sahel, l’intégration économique des pays traversés, mais aussi l’ouverture d’un corridor pour les pays ouest-africains sur les ports de la Méditerranée via le réseau routier algérien.
L’Algérie a réalisé plus de 3000 km de la route transsaharienne, pour laquelle elle a consacré environ 3 milliards de dollars pour le parachèvement de la partie de ce tronçon transsaharien qui la traverse.
Quant au Togo, c’est un montant de 9 millions de dollars qui sera alloué pour le projet intégré de développement rural de la plaine de Diagble.
En outre, la BID a alloué un montant de 400 000 dollars pour une assistance technique à certains pays africains pour la prévention du paludisme (Tchad, Mali, Mozambique, Niger, Nigeria).
La BID a été créée en 1975 pour promouvoir le développement économique et social dans ses pays membres et dans les communautés musulmanes à travers le monde en se basant sur les principes de la Chari’a.
La BID prépare la commémoration de son 40ème anniversaire qui sera célébré à l’occasion de l’assemblée annuelle en juin 2014 à Jeddah.
TT/cat/Agence de Presse Africaine

24/11/2013

111 villages vont avoir l'électricité

Département de Mbour : Electrification rurale : 111 villages du département raccordés au réseau Senelec d’ici 2015
30e2d6f61afc069569c42ca14609248e.jpg
111 villages du département de Mbour seront raccordés au réseau d’électrification rural d’ici 2015 et à des coûts réduits. L’opérateur adjudicataire, est connu. Il s’agit du groupement Scl Solutions (Steg-Is, Coseloc, Lcs).
Avec un appui financier de la Banque Mondiale (Ida+Fem) d’environ 2, 72 milliards de francs Cfa, utilisé comme subvention de base du gouvernement sénégalais, l’Aser a lancé un appel d’offres international pour le choix d’un opérateur de concession qui a proposé de desservir un grand nombre d’usagers largement supérieur au minima de service sur la base du même niveau de subvention à l’investissement fixé dans le DAO, en même temps que les tarifs de vente de l’électricité. La réalisation du processus d’attribution de cette concession s’est faite en plusieurs étapes notamment : le lancement de l’appel d’offres international ouvert et l’évaluation, l’adjudication provisoire du marché et la négociation des documents contractuels, la signature du contrat.
Le volume du financement prévu pour la réalisation du programme d’investissement du concessionnaire, s’élève à environ 6, 89 milliards de francs Cfa, dont 2, 72 milliards (soit 39, 5%) représentent la contribution de l’Etat sous forme de subvention aux investissements, et 4,17 milliards (soit 60,5%) représentent l’apport du concessionnaire. En contrepartie de la subvention à l’investissement, le concessionnaire s’est engagé à, durant la phase de réalisation de son programme prioritaire (Pper) qui devra s’étaler sur une période de dix-huit (18) mois à compter de la mise en vigueur du contrat de concession, à : électrifier 111 villages par réseau électrique ; connecter 9700 villages ; desservir 39 écoles et divers périmètres agricoles répartis sur 10 villages de la communauté rurale de Sandiara.
Dans cette concession d’électrification rurale mise en œuvre dans le département de Mbour, les tarifs qui seront appliqués aux bénéficiaires devront être assez avantageux comparés aux coûts d’accès aux sources d’éclairage notés dans les zones intéressés par le projet d’électrification rurale.
Une étude réalisée il y a de cela deux ans montre que les populations rurales dépensent entre 6000 Frs et 10000 Frs par mois pour assurer l’éclairage par divers moyens : bougies, lampes solaires, précisément. Cette même étude montre que les populations rurales dépensent plus que les prix qui vont être proposés par le concessionnaire et qui sont calculés par la Commission de Régulation du Secteur de l’Electricité (Crse).
Si l’on en croit le Directeur Général de l’Aser, Antou Guèye Samba, le prix de l’électricité, une fois cette concession mise en œuvre, sera compris entre 3500 Frs et 4000 frs Cfa par ménage s’alimentant avec 5 lampes. « Les prix qui vont être appliqués seront nettement économiques », a martelé Dr Antou Guèye Samb.
Pour ce projet, le démarrage prévisionnel des travaux est calé en début 2014(les études d’exécutions ont démarré sur le terrain avec le prestataire Bet). La fin des travaux devrait survenir en mi -2015.
Thièsinfo/mbourinfo