05/03/2018

TRANSFERTS D'ARGENT

1100,7 milliards de transfert d’argent reçus par les établissements de crédit

5856315-8730413.jpg

Les transferts rapides d’argent reçus par les établissements de crédit du Sénégal s’élèvent à 1100,7 milliards en 2017 (environ 1,761 milliard de dollars), a appris samedi APA auprès de la Direction de la monnaie et du crédit (DMC) du ministère de l’économie, des finances et du plan.Par rapport à l’année 2016 où ils étaient de 958,6 milliards FCFA, ces transferts connaissent une augmentation de 14,8% en valeur relative. Toutefois, en glissement trimestriel, les transferts reçus ont enregistré une baisse de 23,6%, passant de 328,3 milliards FCFA au troisième trimestre 2017 à 250,7 milliards FCFA au quatrième trimestre 2017.
Concernant les émissions de transferts rapides d’argent effectuées par les établissements de crédit du Sénégal vers l’extérieur, elles se sont élevées à 211,1 milliards FCFA en 2017, soit une hausse de 65,7% par rapport à 2016 où ils s’établissaient à 127,4 milliards FCFA.
lejournalducameroun.com

10/10/2015

LUTTE CONTRE LE GRAND BANDITISME A SALY

LA MUNICIPALITE SONNE L’ALERTE
10487494_681596721915488_823546619202559982_n.jpg
La commune de Saly-Portudal a décidé d’en finir avec la question de l’insécurité. Une réunion regroupant le préfet Ousmane Kane et l’adjoint au sous-préfet de Sindia a servi de prétexte au maire Ousmane Guèye pour revenir sur des actes et faits de grand banditisme. Un renforcement des moyens humains et matériels de la gendarmerie, une  diligence dans la construction du poste de police de Saly-Portudal et la collaboration avec les forces de sécurité sont retenus pour faire face au grand banditisme et à la délinquance.
Les populations de la petite côte sont de plus en plus confrontées à une situation d’insécurité. En effet, plusieurs cas de braquage, de vol à main armée, de cambriolage et de tentatives de viol sont notés ces dernières semaines. Face à cette menace, les délégués de quartier ou délégués du maire, les imams et notables ont convenu de parler de la cybercriminalité, de la drogue, de la prostitution et des facteurs criminogènes. Lors d’une rencontre organisée à cet effet, les notables et délégués du maire ont demandé à l’autorité administrative de voir la situation des résidences devenues de hauts lieux de perversion avec le tournage de films pornographiques et le trafic de drogue de toute sorte.
Selon le maire de Saly, la recrudescence du banditisme est à chercher dans la masse d’inconnus, des sans-travail, des sans domicile et des occupants des bâtiments en construction, en plus des locataires n’exerçant aucune activité professionnelle. Des locataires qui, selon des témoignages, ne sortent qu’à la tombée de la nuit et ne rentrent qu’au lever du jour. Ousmane Guèye a traduit les préoccupations de plusieurs habitants en disant tout haut ce que les administrés pensent tout bas. Il se désole des dizaines d’enfants squattant les alentours des grands réceptifs hôteliers pour des connexions Wifi.
A l’en croire, ces mineurs apprennent, à travers le net, des choses qui ne sont pas honorables et pouvant conduire à des situations déplorables. Certaines agressions sont surprenantes car le modus operandi des bandits montre que ce sont des gens qui connaissent là où ils opèrent ou bien ont des complices. En atteste la précision de leurs actions délictuelles. D’une manière générale, les participants ont convenu de collaborer avec les services  de sécurité et forces de l’ordre pour donner des informations.
La situation des bars et autres débits de boisson près des lieux de culte a été soulevés. L’imam Abdou Rahmane Faye, conformément aux enseignements du Prophète (Psl), invite à lutter par des actions concrètes, à dénoncer ou à refuser systématiquement dans son intimité. Selon lui, chaque fidèle, guide est un berger et sera appelé à répondre de la manière dont il a conduit des gens sous sa responsabilité. Par conséquent, il a invité les fidèles à respecter les règles de bon voisinage et de vie communautaire. Il a invité chacun à balayer devant sa porte et de participer au développement de la cité.
Samba Niébé BA/Sudquotidien