23/11/2017

MISS SINE SALOUM: L’AVENTURE S’ARRETE

Lena et Lionel Lopez, propriétaires de l’hôtel Cordons Bleus, à Ndangane, et promoteurs de MISS SINE SALOUM depuis 7 ans, décident de mettre un terme définitif à l’aventure.

23795114_1428920807220915_7124779958869026035_n.jpg

Il nous explique sa décision
Cette manifestation était devenue au fil des années la manifestation annuelle incontournable de toute une région.
Démarrée en 2010 de manière « artisanale », ce qui n’était au départ qu’une soirée d’élection de MISS, s’est transformée en véritable festival, avec un large volet social, culturel, promotionnel, pour la région du Sine Saloum, d’abord étalé sur 3 jours, puis sur une semaine complète dans le cadre du nouveau « FESTIVAL INTERNATIONAL DU SINE SALOUM ET DE LA CULTURE SERERE », dont la 1° édition s’est passée du 8 au 14 mai 2017.
Miss Sine Saloum est devenue la soirée de gala de clôture du festival.
Le succès est total, fort d’une couverture médiatique inégalée, pas moins de 7 chaines de télés nationales cette année, des centaines d’articles de presse avant et après le festival.
C’une promotion exceptionnelle pour la région et sa culture, aucune autre manifestation dans tout le pays ne bénéficie d’une telle couverture.
Alors, pourquoi cette décision ?? Lionel Lopez s’explique.
« Ce Festival a pris une dimension qu’on imaginait pas quand nous avons démarré. Fort de ce succès, le revers de la médaille est qu’il nous fallait au fil des années de plus en plus de moyens financiers pour continuer à monter en puissance d’édition en édition.
C’est un travail de préparation titanesque, 9 mois de boulot : communication, recherche de sponsors, castings, organisation du festival, préparation pour l’accueil des médias (cette année, pas moins de 30 journalistes), des VIP, et des invités, allers-retours incessants sur Dakar pour la signature des contrats…………………..
Les médias ne couvrent pas que la soirée, mais l’ensemble du festival faisant ainsi la promotion touristique et culturelle de la région
Tout le monde travaille, les piroguiers, les charretiers, les djakartas, les troupes culturelles locales, les coiffeuses, les couturiers, les restaurants, les boutiques...
Mon hôtel ne dispose que de 13 chambres, j’ai rempli tous les campements.
Les reportages télés de restitution ont été magnifiques.
En tant qu’acteur privé, nous faisons un travail de promotion de très grande envergure.
Et en retour, nous n’avons reçu aucun soutien du Ministère du Tourisme, de l’ASPT, et du Ministère de la culture alors que nous faisons leur travail de promotion. Le seul soutien public que nous recevons et il est de taille, depuis 2 ans est celui de la Présidence de la République.
C’est incompréhensible. Les félicitations, les encouragements, c’est bien, mais avec les khalis, c’est mieux. L’équation est simple, si amul Khalis, amul festival.
C’est en grande partie grâce à nous que la région est connue en interne et à l’international.
Nous avons en dehors du Festival accueilli, les équipes de TV5 Monde, Arte et nous continuons à accueillir gratuitement, toute l’année, les chaines nationales pour les besoins de leurs reportages dans la région.
Alors, la décision est prise. Nous savons que nous n’aurons pas les moyens d’organiser la 8° édition, faute de soutien.
Nous avons terminé en beauté, avec la chanteuse Marema Fall, une magnifique élection de nos Miss, et nous ne voulons pas à l’arrache, monter une édition au rabais, par manque de moyens. Nous n’en avons pas le droit.
Nous sommes fiers du travail accompli, pour la région, pour le Sénégal, et partons la tête haute.
Nous passons la main à qui aura le courage de la prendre.
Nous allons nous consacrer exclusivement à la gestion de notre hôtel.
C’était une aventure magnifique, mais elle s’arrête.
Mon épouse et moi-même, remercions l’ensemble de nos partenaires financiers, et médias qui nous ont accompagné pendant ces 7 merveilleuses années, avec une mention spéciale à Dona et BRUNO Corto (Miss Events Agadir). Sans tous ces soutiens, rien n’aurait été possible »
Regrettable.
BRB/LCB